Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Évangile est une puissance de Dieu pour le Salut de quiconque croit (Romains 1 : 16)

enfer

L'Enfer : Réalité de la seconde mort

13 Juin 2019 Publié dans #Enfer

"Le feu éternel… est préparé pour le diable et ses anges" (Matthieu 25. 41).
"Comment pourrez-vous échapper au jugement de l'Enfer ?" (Matthieu 23. 33).
"Jésus… nous délivre de la colère qui vient" (1 Thessaloniciens 1. 10).

Voici un thème peu réjouissant, mais la notion de l'Enfer, que l'on traduit aussi par “géhenne” est une réalité biblique et nous ne pouvons en faire impasse. Nous abordons ce sujet à la lumière de la Parole de Dieu, avec le désir sincère qu'aucun de vous ne connaisse les tourments de l'enfer.

On entend souvent l'expression ?: “C'était l'enfer !” pour désigner un moment particulièrement pénible de la vie quotidienne. Mais l'Enfer est une réalité bien plus effrayante que les pires difficultés que nous imaginons ; c'est une réalité future, éternelle et définitive !

Jésus emploie plusieurs images pour en parler, en particulier : “les ténèbres de dehors” et “le feu éternel” (Matthieu 25. 30, 41). Elles sont chargées d'un sens terrible, alliant des souffrances extrêmes à l'éloignement définitif de Dieu. C'est le lieu du châtiment éternel, un lieu bien réel où seront précipitées un jour toutes les créatures angéliques ou humaines, qui auront méprisé Dieu et voulu vivre sans Lui.

"Bienheureux et saint celui qui a part à la première résurrection : sur eux, la seconde mort n'a pas de pouvoir… C'est la seconde mort, l'étang de feu. Si quelqu'un n'était pas trouvé écrit dans le livre de vie, il était jeté dans l'étang de feu" (Apocalypse 20. 6, 14, 15).

Dans l'Apocalypse, le livre des jugements, une troisième expression désigne l'enfer comme étant “la seconde mort”. Que signifie-t-elle ? Tous les êtres humains sont destinés à mourir une fois. Dieu avait prévenu Adam qu'il mourrait s'il désobéissait (Genèse 2. 17). Depuis la désobéissance d'Adam, la mort est la fin terrestre inévitable de tout être humain. Ensuite – c'est toujours Dieu qui Le dit – il y a le jugement, de façon tout aussi certaine (Hébreux 9. 27), mais pas pour les croyants (Jean 5. 24). La mort n'est pas la fin de l'existence, tous les êtres humains ressusciteront.

– Pour les uns, ceux qui auront mis leur confiance en Jésus, ce sera une “résurrection de vie”, la vie éternelle dans le Ciel avec leur Sauveur. Jésus

– Pour les autres, leur nom n'étant pas trouvé dans le “livre de vie”, ce sera une “résurrection de jugement” (Jean 5. 29), c'est-à-dire qu'ils entendront le verdict de leur condamnation final et iront subir en enfer “le châtiment d'une perdition éternelle loin de la face du Seigneur” (2 Thessaloniciens 1. 9). C'est cela “la seconde mort”.

"Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu, et ils sont gratuitement déclarés justes par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui se trouve en Jésus-Christ" (Romains 3. 23-24).

L'Enfer, c'est ne pas être avec Dieu pour l'éternité, puisque c'est un lieu où Dieu est absent et où l'on subi la mort éternelle. Dans le langage populaire, le mot enfer désigne une réalité décrite dans la Bible sous le nom de géhenne. Il s’agit d’une vallée, proche de Jérusalem et tristement célèbre. En effet, en ce lieu, 1500 ans avant Jésus-Christ, des hommes sacrifiaient leurs enfants et les offraient à leurs dieux. C’était aussi un lieu dans lequel des ordures brûlaient en permanence à l’époque. Cette vallée est donc devenue dans la Bible un symbole d’abomination, de mal et de feu. Son nom a fini par désigner le lieu de punition et de tourments éternels que nous appelons Enfer. Dieu a choisi cette image effrayante pour nous aider à entrevoir le sort de ceux qui seront dans cet endroit sinistre, lieu de pleurs, de remords, de désespérance. Pour bien des gens, l’Enfer et l’Amour de Dieu sont totalement incompatibles. Ils oublient que Dieu, s’il est Amour et Bonté, est aussi un Dieu Saint et Juste qui ne tolère pas le mal. Vers ce lieu terrible ne s’acheminent que les personnes qui ont négligé ou refusé le pardon que Dieu leur a offert de leur vivant. Seul celui qui ne veut pas de Dieu va en enfer, et cela n’a rien de choquant, puisque finalement, c’est son choix. Ce n’est pas le choix de Dieu qui nous a envoyé en son Fils Jésus-Christ le Sauveur pour que nous puissions au contraire vivre éternellement dans sa présence. Mais Dieu ne nous contraint pas à accepter son salut : à chacun donc de décider quelle va être sa destinée éternelle.

Cela doit nous faire réfléchir, mais non pas désespérer, car l'Enfer a été préparé pour Satan et ses anges. Seuls les êtres humains qui, durant leur vie, auront méprisé la grâce que Dieu offre, y seront jetés. Dieu a fourni un merveilleux plan de Salut pour chacun de nous : Dieu a donné Jésus, son Fils unique, pour délivrer pour toujours ceux qui croient réellement en Lui.

Dieu est juste et droit, il avertit chacun de nous. Au jour du jugement, personne ne pourra se plaindre d'avoir été pris par surprise. Chacun doit décider sans plus attendre. Dieu invite tous les êtres humains à accepter sa grâce, par la foi en Jésus. Jésus a enduré la Colère de Dieu pour nous sur la croix. Celui qui croit au Seigneur Jésus et à son sacrifice a son nom inscrit dans le Livre de vie. Refuser cette grâce, c'est s'exposer à “une certaine attente terrible de jugement, et à l'ardeur d'un feu qui va dévorer les adversaires [de Dieu]” (Hébreux 10. 27). Faites le choix des “bienheureux” en croyant en Jésus et en devenant enfants de Dieu.

Lire la suite

L'Enfer est un lieu réel (2)

25 Avril 2019 Publié dans #Enfer

3) QUI IRA EN ENFER ?

A l’origine, l’Enfer est destiné à Satan et à ses anges déchus : "Ensuite il dira à ceux qui seront à sa gauche : Retķirez–vous de moi, maudits, allez dans le feu éternel préparé pour le diable et pour ses anges" (Matthieu 25. 41).
Ayant tous péché, tous les êtres humains méritent d’aller en Enfer : "Car il n’y a pas de distinction : tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu…" (Romains 3. 23). Mais par la foi en Jésus-Christ, tous peuvent être sauvés, échapper à l’Enfer et aller au Ciel, au Paradis : "… et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est dans le Christ–Jésus" (Romains 3. 24).
Dieu fait tout pour sauver le monde pécheur : "Dieu, notre Sauveur, qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité" (1 Timothée 2. 3-4).
Pour cela, Dieu s’est révélé à travers la création, la conscience, Ses prophètes, Sa Parole. Plus encore, Dieu a donné aux êtres humains ce qu’Il avait de plus précieux : Jésus Son Fils unique. Sur la croix, Jésus a été abandonné du Père pour que nous n’ayons jamais à connaître l'abandon de Dieu.
Jésus convainc les pécheurs de se détourner de leurs mauvaises voies par Son Saint-Esprit.
Si des êtres humains ne sont pas sauvés, ce n’est pas la faute de Dieu. Celui qui refuse obstinément la grâce de Dieu, Dieu l’abandonne à son triste sort.
Par conséquent, tous les incrédules, c’est à dire ceux qui ont refusé le salut de Dieu en Christ, finiront en enfer : "Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les débauchés, les magiciens, les idolâtres et tous les menteurs, leur part sera dans l’étang brûlant de feu et de soufre : cela, c’est la seconde mort" (Apocalypse 21. 8).

4) LA SOUFFRANCE EN ENFER :

Sur la terre, tout être humain, même le plus rebelle, bénéficie encore de certaines grâces divines : "… car Dieu fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et Il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes" (Matthieu 5. 45).
Mais en Enfer, la bénédiction de Dieu sera totalement absente. L’impie prendra conscience (mais il sera hélas trop tard) qu’en dehors de Dieu, il n’y a aucune vie, aucune grâce, aucune bénédiction.
Toutes les expressions décrivant l'Enfer (le feu, le ver rongeur, les tourments, etc...), parle d’une souffrance terrible, horrible. Le feu parle d’une souffrance extérieure, physique, le ver parle d’une souffrance intérieure, morale.
L’homme riche dans l’évangile de Luc exprime les souffrances de l’Enfer : "Dans le séjour des morts, il leva les yeux ; et, en proie aux tourments, il vit de loin Abraham et Lazare dans son sein. Il s’écria : Père Abraham, aie pitié de moi, et envoie Lazare, pour qu’il trempe le bout de son doigt dans l’eau et me rafraîchisse la langue ; car je souffre dans cette flamme" (Luc 16. 23-24).
En Enfer, la conscience du condamné n’est pas abolie. Il se rend pleinement compte de tout ce qu’il endure. Cette souffrance indescriptible sera aiguisée par le fait que ceux qui seront en Enfer se rendront compte qu'ils auraient pu facilement éviter cela s’ils avaient accepté l’Evangile durant leur vie sur terre. Ils réaliseront à jamais leur folie et leur orgueil. Ils seront pris de remords et de regrets éternels.
Cette souffrance sera d’autant plus grande qu’il n’y aura plus aucun espoir. En Enfer : pas de repentance possible, pas de possibilité de se racheter, pas de deuxième chance.
En plus de tout cela, les êtres humains impies et incrédules y auront pour l'éternité la compagnie terrible du diable et de tous ses démons.

5) LA DURÉE DE L’ENFER :

Ce qu’il y a de plus terrible avec la réalité de l’Enfer, c’est sa durée.
Déjà dans ce monde, la souffrance est toujours pénible, mais si grande soit-elle, l’espoir d’en être délivré aide à la supporter. Il en est ainsi pour les souffrances ici-bas.
Mais concernant les souffrances que les perdus subissent en Enfer, la Bible est formelle en disant qu'elles ne cesseront jamais. L’Enfer n’a pas de fin ; il est éternel.
De même que les élus de Dieu, (les croyants en Jésus) vivront éternellement avec Dieu au Paradis, les incroyants et les rebelles à Dieu vivront éternellement en Enfer loin de la face de Dieu : "Et ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle" (Matthieu 25. 46).
"Le diable qui les séduisait fut jeté dans l’étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète. Et ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles" (Apocalypse 20. 10).

Conclusion :

Si Dieu nous parle autant de l’Enfer dans Sa Parole, c’est qu’Il ne veut pas que nous allions dans cet endroit de tourments : "Dis–leur : Je suis vivant ! Ce que je désire, ce n’est pas que le méchant meure, c’est qu’il change de conduite et qu’il vive. Revenez, revenez de vos mauvaises voies. Pourquoi devriez–vous mourir, maison d’Israël ?" (Ezéchiel 33. 11).
Pour le croyant en Jésus, la doctrine de l’Enfer est un des motifs les plus puissants qui doit le pousser à témoigner du Sauveur Jésus. Sachant où se dirigent les incroyants, nous devons faire tout pour les en arracher : "Sachez que celui qui ramène un pécheur de la voie où il s’était égaré sauvera une âme de la mort et couvrira une multitude de péchés" (Jacques 5. 20).
Jésus est venu sur la terre et a souffert pour que nous soyons sauvés de la condamnation de l’Enfer. Par la foi en lui, nous sommes sauvés de la perdition éternelle : "En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient pas en jugement, mais il est passé de la mort à la vie" (Jean 5. 24).
Jésus fait preuve de patience et retarde son jugement envers toute l’humanité : "Le Seigneur ne tarde pas dans l’accomplissement de sa promesse, comme quelques–uns le pensent. Il use de patience envers vous, il ne veut pas qu’aucun périsse, mais il veut que tous arrivent à la repentance" (2 Pierre 3. 9).
Dieu nous avertit aujourd’hui pour que demain nous ne soyons pas confus. C’est maintenant, c’est aujourd’hui que chacun doit décider où il désire passer l’éternité, avec Dieu (au Ciel), ou sans Dieu (en Enfer) : "C’est pourquoi, selon ce que dit le Saint–Esprit : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs…" (Hébreux 3. 7-8). "Car Il dit : au temps favorable je t’ai exaucé, au jour du salut je t’ai secouru. Voici maintenant le temps vraiment favorable, voici maintenant le jour du salut" (2 Corinthiens 6. 2).

Lire la suite

L'Enfer est un lieu réel (1)

24 Avril 2019 Publié dans #Enfer

1) LA REALITE DE L’ENFER :

L’Enfer n’est pas un lieu imaginaire ; c’est un lieu réel. Au même titre que le Ciel. C’est Jésus Lui-même qui en a le plus parlé pour avertir tous les êtres humains. C’est le lieu de souffrance éternelle réservée aux impies dans l’au-delà.
L’Enfer est l’expression de la Justice parfaite de Dieu qui ne peut laisser le pécheur impuni s’il ne se repent pas, s’il n’accepte pas le salut qui est en Christ : "Si quelqu’un a violé la loi de Moïse, il est mis à mort sans pitié, sur la déposition de deux ou trois témoins. Combien pire, ne pensez–vous pas, sera le châtiment mérité par celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, tenu pour profane le sang de l’alliance par lequel il avait été sanctifié, et qui aura outragé l’Esprit de la grâce ! Car nous connaissons celui qui a dit : A moi la vengeance, c’est moi qui rétribuerai. Et encore : le Seigneur jugera son peuple. Il est terrible de tomber dans les mains du Dieu vivant !" (Hébreux 10. 28-31).
L’Enfer, c’est la séparation d’avec Dieu, Celui qui est la Vie, la Paix, la Joie. Les rebelles seront éternellement séparés de Dieu dans un lieu de tourments infinis caractérisé par l’absence totale et définitive de la présence divine.
L’Enfer est la conséquence du choix de celui qui sur la terre n’a jamais accepté de vivre avec Dieu. Dieu respecte le choix de tout être humain , Il ne force personne à vivre avec Lui. Mais être privé de la présence de Dieu, être sous Sa réprobation est ce qu’il y a de plus terrible pour l'être humain.

2) IMAGES ET EXPRESSIONS BIBLIQUES DE L’ENFER :

- La géhenne : "Si ton œil droit est pour toi une occasion de chute, arrache–le et jette–le loin de toi. Car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse et que ton corps entier ne soit pas jeté dans la géhenne" (Matthieu 5. 29). Ce mot vient de l’Hébreu, Vallée de Hinnom, qui désignait le lieu qui était devenu un dépotoir où l’on brûlait les ordures.

- La honte éternelle : "Beaucoup de ceux qui dorment Dans la poussière de la terre se réveilleront, les uns pour la vie éternelle et les autres pour la honte, pour l’abjection éternelle" (Daniel 12. 2).

- La ruine éternelle : "Ils auront pour juste châtiment une ruine éternelle, loin de la face du Seigneur et de la gloire de sa force" (2 Thessaloniciens 1. 9).

- Le châtiment éternel : "Et ceux–ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle" (Matthieu 25. 46).

- L’étang de feu : "Quiconque ne fut pas trouvé inscrit dans le livre de vie fut jeté dans l’étang de feu" (Apocalypse 20. 15).

- Le feu éternel, le feu qui ne s’éteint point : "Ensuite il dira à ceux qui seront à sa gauche : Retirez–vous de moi, maudits, allez dans le feu éternel préparé pour le diable et pour ses anges" (Matthieu 25. 41). "Et si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache–le ; mieux vaut pour toi entrer borgne dans le royaume de Dieu, que d’avoir deux yeux et d’être jeté dans la géhenne, où leur ver ne meurt pas, et où le feu ne s’éteint pas" (Marc 9. 47-48).

- Les brasiers, les flammes éternels :
"Les pécheurs sont effrayés dans Sion, un tremblement saisit les profanateurs : qui de nous pourra séjourner auprès d’un feu dévorant ? Qui de nous pourra séjourner auprès des brasiers éternels ?" (Esaïe 33. 14).
"Il s’écria : Père Abraham, aie pitié de moi, et envoie Lazare, pour qu’il trempe le bout de son doigt dans l’eau et me rafraîchisse la langue ; car je souffre dans cette flamme" (Luc 16. 24).

- La fournaise ardente de feu :
"Le Fils de l’homme enverra ses anges, qui arracheront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l’iniquité et ils les jetteront dans la fournaise de feu, où il y aura des pleurs et des grincements de dents" (Matthieu 13. 41-42).

- Le bûcher enflammé :
"Depuis longtemps un bûcher est préparé, il est installé pour le roi, il est profond, il est vaste ; son bûcher, c’est du feu et du bois en abondance ; le souffle de l’Éternel l’enflamme, comme un torrent de soufre" (Esaïe 30. 33).

- Les ténèbres du dehors, le lieu des pleurs et des grincements de dents :
"Alors le roi dit aux serviteurs : Liez–lui les pieds et les mains, et jetez–le dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents" (Matthieu 22. 13).

- Les tourments :
"C'est pour qu'il leur atteste ces choses, afin qu'ils ne viennent pas aussi dans ce lieu de tourments" (Luc 16. 28).

- La perdition :
"Entrez par la porte étroite car large est la porte et spacieux le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là" (Matthieu 7. 13).
"Et que servira–t–il à un homme de gagner le monde entier, s’il perd son âme ? Ou que donnera un homme en échange de son âme ?" (Matthieu 16. 26).

- La colère de Dieu :
"Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; celui qui ne se confie pas au Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui" (Jean 3. 36).
"Mais, par ton endurcissement et par ton cœur impénitent, tu t’amasses un trésor de colère pour le jour de la colère et de la révélation du juste jugement de Dieu" (Romains 2. 5).

- La seconde mort :
"La mort et le séjour des morts furent jetés dans l’étang de feu. C’est la seconde mort, l’étang de feu" (Apocalypse 20. 14).
La première mort est la mort physique qui attend tous les hommes (sauf les rachetés qui seront vivants quand Jésus reviendra). La deuxième mort est la mort spirituelle et définitive qui attend tous les incroyants après la mort physique et le Jugement Dernier.

A SUIVRE... / CLIQUEZ ICI

Lire la suite

Chemin large ou chemin étroit ?‏

8 Avril 2019 Publié dans #Enfer, #Paradis

Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui le trouvent. (Mathieu 7 : 13-14)

Il arrive qu'on entende, dans la conversation courante, des expressions du genre : "A chacun sa vérité, il a trouvé sa voie, etc...".
Quand à notre avenir éternel, la Bible nous enseigne tout autre chose. Il n'y a pas des milliers de voies possibles, il n'y en a que deux : le chemin large et le chemin étroit, c'est à dire l'Enfer et le Paradis. Être vieux ou jeune, instruit ou ignorant, riche ou pauvre, noir ou blanc, ce n'est pas ce qui compte pour Dieu. Dieu ne fait pas de différence entre les êtres humains.

Le chemin large est un chemin facile ; c'est la voie de toutes les opinions possibles où chacun fait ce qu'il veut. La porte est large pour y entrer et on n'a pas besoin d'abandonner quoi que ce soit, ni ses mauvaises habitudes, ni sa fierté, ni sa propre justice. C'est un chemin très fréquenté, mais où mène t-il ? A la perdition, loin de Dieu en Enfer. Oui, la porte large est là, attrayante, mais c’est une entrée que les êtres humains se sont forgée selon leur propre imagination. Ils pensent entrer dans le Royaume de Dieu avec leurs formes chrétiennes ainsi que leurs bagages religieux et en évitant la nouvelle naissance qui peut leur faire jouir des bénédictions du Salut en Jésus-Christ. En vérité, ils sont sur le chemin large vers la perdition, et ils y vont dans la compagnie de tous les « pécheurs impies ». N’est-ce pas une déclaration effrayante ?  

En contraste, il y a un autre chemin, resserré, bien moins populaire. Ce chemin va à l'encontre de la tendance de notre époque de compromis, de conformité aux sondages d'opinion. Il n'est pas facile d'y entrer, car on doit abandonner ses prétentions pour être instruit par la Parole de Dieu sous la direction du Saint Esprit. Mais ce chemin est gratuit, ce Chemin mène à la Vie Éternelle, au Paradis, dès maintenant et pour toujours. La porte pour entrer sur ce chemin est étroite : on y entre un par un, en croyant personnellement au Seigneur Jésus, et non pas par une foi collective. Ce chemin n'est pas une philosophie, ce n'est pas une tradition, c'est une relation vivante et personnelle avec le seul vrai Dieu qui s'est révélé en son Fils Jésus Christ. Oui, Jésus est le seul Chemin qui mène au Paradis et on y goute la paix et la joie éternelles qui viennent de Dieu.

En Jean 10, le Seigneur Jésus se désigne Lui-même comme étant la ‘porte’ et Il dit : « Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé » (Jean 10. 9). Ce n’est que par la foi en Lui, et ainsi par la nouvelle naissance, qu’on peut entrer sur le chemin de la vie (Jean 3. 3-16). Mais pourquoi la porte est-elle ‘étroite’ ? Parce qu’elle est indissociable de la « "foi personnelle" en notre Seigneur Jésus Christ » et de la « "repentance" envers Dieu » (Actes 20. 21). L’être humain doit être amené à reconnaître ce qu’est le péché aux yeux de Dieu, et il doit se reconnaître lui-même comme entièrement perdu et ruiné par ses péchés. Ce n’est pas une petite affaire. Quand Pierre présentait leur péché aux Juifs lors de la Pentecôte, « ils eurent le cœur vraimant touché [cela leur "transperça le cœur"] et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Que ferons-nous, frères ? Et Pierre leur dit : "Repentez-vous"… » (Actes 2. 37-38).

Chemin large ou chemin étroit ?‏
Lire la suite

La prédication sur l'Enfer (2)

28 Février 2019 Publié dans #Enfer

5) POURQUOI Y A T-IL DES PRÉDICATEURS QUI ONT PEUR DE PRÊCHER SUR L’ENFER ? Parce que :

5a) C’est un sujet extrême : La sagesse nous appelle souvent à la modération, mais il n’y a rien de modéré concernant l’Enfer. C’est une réalité difficile à envisager, qui plus est, lorsqu’il s’agit de l’annoncer dans une salle pleine de gens qui ne partage pas encore notre foi.

5b) L'Enfer a été utilisé dans le passé pour manipuler les gens : Il n’y a aucun doute sur le fait que des pasteurs ont prêché sur l’enfer afin d’entraîner leur public à prendre une décision hâtive pour Christ, ou encore comme un gourdin permettant d’imposer un mode de vie moralisateur.
Néanmoins, la difficulté du sujet et les abus potentiels ne sont en aucun cas des excuses pour qu’un prédicateur reste silencieux sur ce sujet de l'Enfer que Dieu a clairement révélé.

6) QUELLE EST LA SOLUTION POUR NE PLUS AVOIR PEUR DE PRÊCHER SUR L’ENFER ?

6a) Il faut parler de l’Enfer comme Jésus l’a fait : Jésus enseigne souvent son public à avoir peur d'aller en Enfer et à fuir tous les chemins qui pourraient y mener (Matthieu 7. 13-14, 21-25 ; Marc 9. 42-48 ; Luc 12. 4-5, 13. 5). Ainsi, enseignons ce que Jésus a enseigné à propos de l'Enfer.

6b) Il faut être fidèle à la Parole de Dieu : Si vous prêchez sur tous les livres de la Bible, vous allez rencontrer certains passages qui parlent ouvertement de la Colère de Dieu et de l’Enfer. Ne faites pas l’impasse et n’amoindrissez pas ces passages. Au contraire, priez abondamment et implorez votre auditoire de se repentir de ses péchés, de croire en Christ et d’être sauvé.

6c) Il faut faire confiance au Saint-Esprit : Votre travail en tant que pasteur n’est pas de faire des gens à votre image, mais de fidèlement "annoncer tout le conseil de Dieu" (Actes 20. 27). Proclamons donc fidèlement, avec l'aide du Saint-Esprit, tout ce que Dieu nous a révélé dans sa Parole et soyons confiants que le Saint-Esprit produira de bons fruits au travers de notre prédication.

7) POURQUOI L’ENFER FAIT-IL PARTIE INTÉGRANTE DE L’ÉVANGILE ?

Certaines personnes pensent qu’en rejetant ou en ignorant la doctrine de l’Enfer, elles rendent Dieu plus Glorieux et plus Aimant. Loin de là ! L’horrible nature de laquelle nous avons été sauvés ne fait qu’intensifier la Gloire de la manière dont nous avons été sauvés. En ayant cela à l’esprit, voilà quatres raisons pour lesquelles la doctrine de l’enfer fait partie intégrante de l’Évangile.

7a) L’Enfer nous montre combien notre péché est réellement abominable : Nous pourrions être tentés de minimiser notre péché ou même de l’excuser. Mais le fait que Dieu a déclaré que tous les êtres humains méritent des tourments éternels à cause de leurs péchés devrait nous rappeler qu’ils ne sont pas du tout sans importance. Ils sont extrêmement mauvais.

7b) L’Enfer nous montre combien Dieu est Juste de manière irréprochable : La Bible nous dit que lorsque Dieu condamnera ses ennemis dans l’Enfer, l’univers entier reconnaîtra que ce que Dieu a fait est juste et droit. Nous ne pouvons pas le comprendre pleinement aujourd’hui, mais un jour, l’Enfer lui-même manifestera la Gloire de Dieu. Il témoignera – même à travers son horreur – avec le psalmiste que : « La justice et l’équité sont la base du Trône de Dieu » (Psaume 89. 15a ; 97. 2b).

7c) L’Enfer nous montre l'horreur que Jésus a subi sur la croix et la véritable grandeur de la grâce divine : Pourquoi Jésus est-il mort sur la croix ? Parce que c’était le seul moyen par lequel Dieu pouvait de manière juste ne pas tous nous envoyer en Enfer (Romains 3. 21-26). Jésus a pris sur la croix ce que nous méritions, et cela signifie qu’Il a enduré l’équivalent de l’Enfer pendant qu’Il était cloué sur la croix. Quelle incroyable manifestation d’amour et de miséricorde de la part de Jésus ! Pourtant, nous ne pouvons clairement voir et comprendre cette manifestation d’amour que quand nous comprenons, acceptons et tremblons devant l’horreur de l’Enfer.

7d) L’Enfer concentre notre esprit sur notre devoir d’annoncer l’Évangile : Si l’enfer est réel et si les êtres humains pécheurs sont vraiment en danger d’y passer sans fin leur éternité, alors il n’y a pas de tâche plus importante et urgente que de proclamer au monde la Bonne Nouvelle du pardon des péchés offert par Jésus-Christ.

8) COMMENT L’ENFER REND-IL GLOIRE A DIEU ?

De nombreuses personnes pensent que si l’Enfer existe, il doit refléter un certain défaut dans le caractère de Dieu. Cependant et bien que cela soit difficilement concevable, c’est en réalité tout le contraire : l’Enfer nous montre la Gloire de Dieu. Voici comment l’Enfer rend donc gloire à Dieu :
- En montrant que Dieu tient toujours parole.
- En montrant la valeur infinie et éternelle de Dieu.
- En montrant sa puissance à subjuguer tous ceux qui se rebellent contre Lui.
- En montrant à quel point Dieu fait preuve de miséricorde pour ceux qui Lui font confiance.
- En confirmant la véracité de l’amour, puisque l'Enfer rend justice contre ceux qui rejettent Dieu, Lui qui est Amour.
- En nous montrant l’importance et la grandeur de ce que Jésus a accompli sur la croix en sauvant tous ceux qui allaient placer leur confiance en Lui alors qu’ils méritaient l’Enfer. Si l’Enfer n’existait pas, il n’y aurait alors pas besoin de la croix.

Lire la suite

La prédication sur l'Enfer (1)

27 Février 2019 Publié dans #Enfer

1) QUEST-CE QUE LA PRÉDICATION :

La prédication est l'action de parler publiquement aux non-croyants des choses de Dieu et de la Bonne Nouvelle du Salut. Elle est aussi l'action d'enseigner aux croyants en Jésus pour les fortifier et les équiper dans leur foi. La prédication n'est pas seulement réservée aux pasteurs, aux enseignants ou aux missionnaires, mais chaque enfant de Dieu est appellé à annoncer l'Évangile, là où il se trouve et partout où il peut atteindre selon les moyens que Dieu a mis à sa disposition. Jésus dit à chaque enfant de Dieu : « Allez, faites de toutes les nations des disciples... et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit » (Matthieu 28. 19-20). Le thème de ce message sur la prédication est à propos de l'Enfer, car puisque Jésus a plus parlé de l'Enfer que du Paradis, nous aussi, nous ne devons pas éviter de parler de l'Enfer lorsque nous prêchons ou parlons de l'Évangile aux autres.

2) POURQUOI LES PRÉDICATEURS DEVRAIENT-ILS PRÊCHER SUR L’ENFER ?

2a) C’est dans la Bible. Malgré la difficulté de ce sujet, les prédicateurs doivent enseigner et proclamer "tout le conseil de Dieu" (Actes 20. 27).

2b) C’est une piqure de rappel pour leur ministère. Il peut être aisé pour des prédicateurs de bien prêcher sur leur sujet préféré. Mais prêcher sur l’Enfer nous rappelle qu’il n’y a rien de plus urgent que de proclamer au monde entier la Bonne Nouvelle que le pardon des péchés nous est offert par Jésus-Christ.

2c) C’est un rappel pour les chrétiens de ce qui est vraiment en jeu. Trop souvent, beaucoup de ceux qui se disent chrétiens vivent dans les plaisirs en adoptant la pensée du monde selon laquelle cette vie est longue tandis que l’éternité est courte. Les prédicateurs devraient prêcher sur l’Enfer afin de rappeler à leurs assemblées qu’il y a des conséquences éternelles à ceux qui se livrent volontairement au péché et à l’incrédulité.

2d) C’est un rappel pour les chrétiens de ce que Christ a fait à la croix. Prêcher sur l’Enfer nous montre l’amplitude de ce que Jésus a accompli pour nous sur la croix. Comment ? En révélant l’ampleur de la souffrance de Jésus sur la croix ; car c'est là qu'Il a souffert une souffrance équivalente à l'Enfer que nous méritions tous, afin de payer le prix de nos péchés en les expiant et de nous réconcilier avec Dieu.

2e) L’Enfer nous montre la Gloire de Dieu dans son Amour, son pardon et sa Justice. L’existence de l’Enfer accroît notre étonnement devant l’Amour et le pardon de Dieu : si l’Enfer est ce que nous méritons, l’Amour que Dieu nous a manifesté en sauvant des pécheurs est vraiment grandiose ! L’Enfer démontre également que Dieu est totalement Bon et Juste. Un jour, Dieu viendra rendre Justice et Il sera reconnu comme Juste en punissant comme il le mérite le péché ainsi que tous ceux qui les ont commis et ont refusé ou négligé de recevoir le parfait Salut de Dieu qui ne se trouve qu'en Jésus seul.

3) QUE FAUT-IL AUX PRÉDICATEURS POUR PRÊCHER SUR L’ENFER ?

Prêcher sur l’Enfer n’est pas une chose aisée. Donc, ce qu'il faut aux prédicateurs afin de bien accomplir cette tâche, c'est :

3a) Du courage. Car beaucoup de personnes les accuseront d’être durs et fanatiques, simplement parce qu'ils croient à l’Enfer (sans parler du fait qu'ils le prêchent).

3b) De l’engagement. Car prêcher fidèlement l’Évangile en mentionnant souvent l’Enfer dont Jésus nous a sauvé, requiert le désir de vivre pour Christ (2 Corinthiens 5. 15) et de vouloir voir des hommes et des femmes venir à Christ, cela doit être un de nos plus grands désirs.

3c) Une perspective véritablement biblique. L’humanité pécheresse et non-sensée regarde naturellement la vie par le mauvais bout des jumelles. Pour elle, le temps est long et l’éternité courte ; cette vie dure longtemps, l’au-delà à peine un instant ; ce monde est réel, le monde à venir irréel. Voilà ce que signifie vivre « selon la chair » au lieu de vivre « selon le Saint-Esprit » (Romains 8. 4). Un véritable chrétien, quant à lui, regarde la vie à la lumière de la destination qui l’attend dans l'éternité, et il voit chaque personne selon cette perspective.

3d) Une profonde prise de conscience de notre appel. Nous devons être conscients de ce que nous sommes appelés à être, afin de résister à la tentation d’arrondir les angles de l’Évangile. Le prédicateur chrétien est un débiteur (Romains 1. 14), car par Jésus-Christ, il a été lui-même délivré du Jugement à venir. Il est également un gestionnaire, car la parole de réconciliation lui a été donnée (2 Corinthiens 5. 19). Il se doit d’utiliser les ressources fournies par Jésus son Seigneur sans les amoindrir, en ajouter ou les transformer. Il est enfin un ambassadeur, ayant la tâche de représenter son Maitre et de délivrer fidèlement son message.

4) QUE DEVRAIENT ENSEIGNER LES PRÉDICATEURS A PROPOS DE L’ENFER ?

L’Enfer est une réalité affreuse et accablante. Cependant, là où l’Évangile est proclamé, les prédicateurs se doivent de ne pas rester silencieux. Voici donc quatre réalités que les prédicateurs devraient enseigner sur l’Enfer :

4a) L’Enfer est réel. C’est l’une des caractéristiques de l’enseignement de Jésus que de mettre en garde son public devant la perspective de l’Enfer, autant que de décrire les privilèges du Paradis. D’après les enseignements de Jésus et le reste de l’Écriture, l’Enfer est aussi réel que le Paradis.

4b) L’Enfer est terrible. La description de l’enfer que nous fait le Nouveau Testament inclut les caractéristiques suivantes : des ténèbres du dehors (Matthieu 25. 30), des pleurs et des grincements de dents (Luc 13. 28), la destruction du corps et de l’âme (Matthieu 10. 28), un feu éternel (Matthieu 25. 41), la condamnation (Jean 3. 18), la souffrance liée à la colère de Dieu, la destruction éternelle loin de la présence de Dieu (2 Thessaloniciens 1. 9), la mort (Apocalypse 20. 14-15), la séparation, l’obscurité la plus sombre. Qu’est-ce que le prédicateur doit faire de tout ce vocabulaire ? Exactement ce qu’il ferait avec n’importe quel vocabulaire biblique : expliquer exactement ce qu’il signifie. En particulier le mot « éternel », qui souligne l’ampleur de ce qui est en jeu.

4c) Ceux qui ne se repentent par de leurs péchés et ne placent pas leur confiance en Christ passeront l’éternité en Enfer. La Bible enseigne que ceux qui ne possèdent pas la véritable foi en Jésus-Christ subiront les conséquences de la Colère de Dieu en Enfer pour toute l’éternité. Les pasteurs ne doivent pas atténuer cette dure réalité sous couvert d’une fausse compassion.

4d) Plus important encore, en exposant et en appliquant l’enseignement biblique au sujet de l’Enfer, nous devons souligner le fait qu’il existe un parfait moyen de salut. L’Évangile n’est pas un message à propos de l’Enfer. Néanmoins nous ne pouvons pas être fidèles à la Bible sans en parler, pour la simple et bonne raison que l’Évangile ne peut être compris sans prendre en compte cette réalité de l'Enfer. Pour faire court, l’Évangile c’est ça : Christ vint dans ce monde, prit tous nos péchés, les porta sur Lui, mourut pour nous et ressuscita pour nous afin que nous puissions partager son statut, être déclarés justes et expérimenter sa vie éternelle.

A SUIVRE... / CLIQUEZ ICI

Lire la suite

(2) Applications pratiques de cette doctrine dans notre vie

22 Janvier 2019 Publié dans #Enfer

Voici ce que le fait de connaître la doctrine de l'Enfer implique dans notre vie en tant qu'enfant de Dieu :

1. La doctrine de l’Enfer nous rappelle la gravité de nos péchés :
Notre conscience ne suffit pas à mesurer la gravité de nos péchés parce qu’elle en est elle même aveuglée. Notre conscience du péché est grandissante par notre connaissance de la doctrine de l’Enfer. C’est donc aussi cela qui va nous encourager à vivre une vie sainte en conformité avec notre espérance vivante en Jésus-Christ.

2. La doctrine de l’Enfer nous rappelle que l’œuvre de la croix est le cœur de notre adoration :
Sans la révélation du Jugement Dernier, nous ne connaitrions pas Christ comme nous le connaissons aujourd’hui : notre Rédempteur, celui qui s’est offert en sacrifice parfait pour nous sauver.
C’est pour cela que Jésus est digne de toute notre adoration et que nous célébrons la gloire de sa grâce (Éphésiens. 1. 6).

3. La doctrine de l’Enfer répond à notre besoin de justice dans un monde qui ne l’est profondément pas :
S’il nous arrive parfois que notre foi soit ébranlée par toute la souffrance autour de nous, rappelons nous que : “Le fait qu’il y aura le Jugement Dernier nous assure qu’au bout du compte, l’univers que Dieu a créé est juste, car Dieu est Maitre de tout, il tient des comptes précis et rend un juste Jugement. Finalement tout rentrera dans l’ordre a la fin des temps“.

4. La doctrine de l’Enfer nous encourage à pardonner librement et pleinement :
Car dans la perspective de la fin des temps, rappelons-nous que tout péché sera payé en Enfer. Tous les comptes seront réglés pour l'honneur du seul Dieu infini : Soit déjà par le parfait sacrifice de Jésus-Christ pour tous ceux qui ont cru et accepté d'être sauvés par Jésus en Le recevant ; ou soit par le châtiment dans l’Enfer éternel pour tous les ennemis de Dieu, pour tous ceux qui ont refusé ou négligé de croire en Jésus et en son parfait sacrifice sur la croix de Golghota.

5. La doctrine de l’Enfer nous encourage à être certain du Retour de Jésus :
Jésus-Christ désire que nous soyons pleinement persuadés qu’il y aura un jour pour le jugement, à la fois pour décourager du péché tous les êtres humains
(2 Corinthiens 5. 10-11), et pour grandement consoler les saints dans leurs épreuves (2 Thessaloniciens 1. 5-7). Jésus veut cependant que ce jour de son Retour reste inconnu des êtres humains, afin qu’ils rejettent toute sécurité charnelle et veillent sans cesse, puisqu’ils ignorent à quelle heure le Seigneur viendra les prendre (Marc 13. 53-57 ; Luc 12. 35-40), et pour qu’ils soient toujours prêts à dire : « Viens Seigneur Jésus, viens vite » (Apocalypse 22. 20). Amen.

6. La doctrine de l’Enfer nous pousse à annoncer l’Évangile :
Jésus-Christ était un prédicateur de l’urgence. Dans toute la Bible, personne n’a autant parlé de la Géhenne autant que Lui !
Jésus se lamentait sur Jérusalem qui ne voulait pas se repentir
(Matthieu 23. 37-39), Il conjurait les villes de Chorazin et Bethsaïda de se repentir de leur incrédulité (Matthieu 11. 20-24).
Si nous voulons imiter Jésus notre Maître dans notre évangélisation, nous devons parler de l’Enfer autant que Lui et comme Lui avec amour et vérité.
Bien souvent, nous sommes mal à l’aise lorsque nous abordons ce sujet avec un non-chrétien. Nous avons peur de susciter de la haine et du rejet. Ces paroles de Jésus nous sont alors d’un grand réconfort : “Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr l’âme et le corps dans la géhenne“ (Matthieu 10. 28).

Lire la suite

(1) La doctrine de l’Enfer

21 Janvier 2019 Publié dans #Enfer

Il ne fait aucun doute que la doctrine de l’Enfer est l’une des plus douloureuses et des plus difficiles a aborder, même au sein de nos Églises. Alors peut-on raisonnablement en parler lorsque nous annonçons l’Évangile ? A mon avis, il s’agit là du sujet le plus difficile à exposer à nos contemporains. En admettant que Dieu existe, comment, dans une société postmoderne qui prône la tolérance, pourrait-on accepter qu’un Dieu d’amour puisse condamner des personnes à un châtiment éternel ? Impensable ! Il est donc important que cette doctrine soit proclamée fidèlement par l’Église afin que la vérité soit annoncée.
Cependant, il faut le reconnaître, l'Enfer est probablement le sujet biblique le moins populaire auprès des prédicateurs.
Impossible de développer une doctrine de l’Evangile solide tout en la détachant de celle de l’Enfer. Chaque chrétien se doit d’être au clair sur cet enseignement et prêt à exposer ce que la Bible en dit. Car Jésus n’est pas venu nous sauver de nos problèmes d’argent, mais de l’enfer que nous méritons tous. Nous ne pouvons donc pas séparer la doctrine de la croix de celle de l’Enfer.

Description biblique de la doctrine de l’Enfer :
Le mot Enfer ne se trouve pas dans la Bible. Il vient du Latin infernum, “région inférieure“, mais est progressivement devenu synonyme des mots qui sont utilisés dans la Bible pour le décrire (Géhènne, étang de feu, etc...).
Le langage biblique de l’enfer est toujours très imagé, et cela est logique : il s’agit en effet d’une réalité que nous ne connaissons pas encore.
En utilisant un tel langage, l’objectif de la Parole est très clair : nous faire comprendre que l’enfer est un lieu effroyable. En voici quelques descriptions : Un ver qui ronge sans fin, un feu qui brûle sans fin. Lieu de ténèbres où il n’y a que pleurs et grincement de dents, lieu où l’on boit la colère de Dieu déversée sans dilution et où l’on mène une “existence“ marquée par la honte éternelle, etc...
L’Enfer est un lieu réservé pour Satan, ses anges et tous ceux qui n’auront pas obéi à l’
Évangile seront jetés après avoir été ressuscité et jugé par Jésus-Christ devant le Grand Trône Blanc. Pour l’éternité, ils seront privés de la présence de Dieu et connaitrons un tourment conscient dans tout leur être : émotionnellement, physiquement et spirituellement…

Mais comment concilier l’Amour de Dieu avec une telle doctrine ?
- Premièrement, rappelons-nous que l’amour ne s’oppose pas à la colère. Tous ceux qui sont mariés et qui ont des enfants le savent plus que quiconque ! Nous qui sommes moralement imparfaits, nous pouvons être profondément en colère face au mal ou face à une terrible injustice. A combien plus forte raison la Colère du seul vrai Dieu, Celui qui est moralement parfait et étranger au mal, doit être infiniment grande ! La Colère de Dieu est la manifestation de sa détermination à détruire le mal. Dieu ne prend aucun plaisir dans la mort du méchant mais Il ne tolère aucun péché devant sa face : “Dis-leur: je suis vivant! dit le Seigneur, l’Éternel, ce que je désire, ce n’est pas que le méchant meure, c’est qu’il change de conduite et qu’il vive. Revenez, revenez de votre mauvaise voie; et pourquoi mourriez-vous, maison d’Israël ?“ (
Ézéchiel 33. 11).
- Deuxièmement, rappelons-nous que la compréhension humaine de la justice est limitée. En raison de notre humanité même, nous sommes limités (nous ne sommes pas omniscients). A cela s’ajoute le fait que notre conscience est trompée par le péché en nous. Nous ne pouvons donc pas avoir par nous-même une conception parfaite de la justice et nous devons faire confiance à Dieu notre Créateur en recevant sa révélation.
- Troisièmement, posons-nous cette question : Qui a le droit de déterminer quelle est la juste rétribution d’une offense ? Le coupable ou à la victime ? A Dieu revient donc le seul droit d’établir les conditions du pardon.
- Quatrièmement, rappelons-nous à qui l’offense est faite : Pécher contre le seul Dieu trois fois Saint est grave parce que cela représente un affront à son autorité, une attaque à sa dignité, et une défiance au respect qui lui est du. Le péché est avant tout une violation de la Loi de Dieu. C’est une offense infinie parce qu’elle est faite à quelqu’un dont l’autorité, la dignité, la sainteté, l’honneur, la puissance et les perfections morales sont infinis. Le péché commis contre le seul Dieu infini est donc un mal infini.
C’est ce que le roi David comprit lorsqu’il se repentit du meurtre d’Uri et de sa relation adultère avec sa femme : “J’ai péché contre toi seul, et j’ai fait ce qui est mal à tes yeux, en sorte que tu seras juste dans ta sentence, sans reproche dans ton jugement“ (Psaumes 51. 6).
Nous avons beaucoup de mal à mesurer à quel point le péché est grave, laid, sombre et détestable pour le seul Dieu trois fois Saint. Devant les êtres humains, nos péchés ne sont peut-être pas si graves, mais devant Dieu, ils sont incommensurables. Dieu révèle la gravité de cette rébellion envers son autorité absolue en nous révélant la gravité de la peine que nous encourons tous sans son intervention : L’Enfer éternel.

Et c’est précisément cela qui rend si glorieuse l’œuvre de la croix de Jésus, Celui envers qui nous avons une dette infinie et qui vient Lui-même la payer pour nous sur la croix. Jésus-Christ a été envoyé dans ce monde pour être abandonné pour nous à la croix par Dieu son Père, afin d’y subir l'horrible châtiment qui nous était réservé. Jésus l’a fait volontairement pour nous sauver en acceptant que Dieu son Père déverse sur Lui toute sa Colère contre nos péchés pour nous sauver.
Dieu n’est pas que le Juge du mal, Il est aussi Celui qui a offert de prendre pour nous la peine à laquelle Il nous condamne. Dieu est le seul qui puisse nous sauver de sa propre Colère. Et Il le fait par Grâce et par Amour. Il le fait pour sa propre Gloire, parce qu’Il est Dieu.
L’Enfer est donc la mesure qui nous permet de comprendre ce que Jésus a souffert sur la croix pour nous. Car c'est là que Jésus a subi notre Enfer pour que nous soyons sauvés de l'Enfer éternel et que, après notre mort ici-bas, nous allions au Paradis éternel.
Seule la mort de Jésus-Christ pour nous et Sa résurrection, nous procure l’assurance que notre dette est totalement payée. Ainsi aux yeux de Dieu, le pécheur fait face à sa Justice à deux endroits : au pied de la croix où l'on obtient pour l'éternité le pardon total de nos péchés oubien en Enfer où l'on expie soi-même éternellement ses propres péchés. C’est le message de Jésus Christ.

Lire la suite

Il y a une vie après la mort

14 Janvier 2019 Publié dans #Résurrection, #Salut, #Enfer

La Bible nous dit : « L’homme né de la femme ! Sa vie est courte, sans cesse agitée. Il naît, il est coupé comme une fleur; Il fuit et disparaît comme une ombre…… Si l’homme une fois mort pouvait revivre » (Job 14 : 1-2, 14)

Comme Job, nous avons presque tous été confrontés à cette question. Qu’est-ce qui nous attend exactement après la mort ? Cessons-nous simplement d’exister ? La vie est-elle une porte tournante nous permettant de quitter et de revenir sur terre jusqu’à ce qu’on atteigne un niveau de perfection personnelle ? Tout le monde va-t-il dans le même endroit, ou allons-nous dans des endroits différents ? Y a-t-il vraiment un paradis et un enfer, ou est-ce que ce ne sont que des états d’esprit ?

La Bible nous dit non seulement qu’il y a une vie après la mort, mais que cette Vie Éternelle est tellement glorieuse pour les enfants de Dieu (c'est à-dire pour ceux qui sont nés de nouveau par le Saint-Esprit à travers leur foi en Jésus-Christ). « Ce sont des choses que l’œil n’a point vues, que l’oreille n’a point entendues, et qui ne sont point montées au cœur de l’homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment » (1 Corinthiens 2 : 9). Jésus-Christ, Dieu fait homme, est venu sur terre pour nous donner ce don de la Vie Éternelle. « Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris » (Ésaïe 53 : 5).

Jésus-Christ est venu dans ce monde, Il a pris sur Lui la punition que chacun de nous méritait et a sacrifié Sa propre vie. Trois jours plus tard, Il a manifesté Sa victoire sur la mort en sortant du tombeau, en Esprit et en chair. Il est resté sur terre pendant quarante jours, a été vu par des milliers de témoins, avant Son ascension vers Sa résidence éternelle au paradis. Romains 4 : 25 dit « lequel a été livré pour nos offenses, et est ressuscité pour notre justification. »

L’apôtre Paul a invité le monde à en vérifier la validité ou à questionner les témoins oculaires, et personne n’a jamais pu en contester la vérité de la résurrection de Jésus-Christ. La résurrection est la pierre angulaire de la foi chrétienne, puisque Jésus-Christ est ressuscité des morts, nous pouvons croire que nous aussi, nous ressusciterons.

Paul a réprimandé certains chrétiens de l’Église primitive qui n’y croyaient pas, en leur disant: « Or, si l’on prêche que Christ est ressuscité des morts, comment quelques-uns parmi vous disent-ils qu’il n’y a point de résurrection des morts ? S’il n’y a point de résurrection des morts, Christ non plus n’est pas ressuscité » (1 Corinthiens 15 : 12-13).

Jésus-Christ a été le premier d’une grande moisson de personnes qui seront ramenées à la vie. La mort physique est venue par un seul homme, Adam, de qui nous sommes tous descendants. Mais une nouvelle vie sera donnée à tous ceux qui ont été adoptés dans la famille de Dieu, par leur foi en Jésus-Christ (1 Corinthiens 15 : 20-22). Tout comme Dieu a ressuscité le corps de Jésus, nos corps seront également ressuscités au Retour de Jésus (1 Corinthiens 6 : 14).

Même si nous êtres humains serons en fin de compte tous ressuscités, nous n’irons pas tous au Ciel. Chaque être humain doit choisir, durant sa vie sur la terre, où il désire passer l’éternité. La Bible dit qu’il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement (Hébreux 9 : 27). Ceux qui auront été justifiés auront droit à la vie éternelle, mais les non-croyants (c'est-à-dire ceux qui ont rejeté ou négligé le salut en Jésus) iront dans le lieu de châtiment éternel, dans l’Enfer (Matthieu 25 : 46).

L’Enfer, tout comme le Paradis, n’est pas simplement un état d’esprit, mais un endroit bien réel. C’est un endroit où les non-croyants expérimenteront sans relâche le châtiment éternel de Dieu. Ils seront tourmentés horriblement, émotionnellement, mentalement, et physiquement, souffrant consciemment de la honte, du regret et du mépris.

L’Enfer est décrit comme un abîme sans fond (Luc 8 : 31, Apocalypse 9 : 1), et un étang de feu et de soufre, où les habitants seront tourmentés jour et nuit, à tout jamais (Apocalypse 20 : 10). En Enfer, il y aura des pleurs et des grincements de dents, manifestations d’un chagrin et d’une colère intenses (Matthieu 13 : 42). C’est un endroit « où leur ver ne meurt point, et où le feu ne s’éteint point » (Marc 9 : 48). Dieu ne prend aucunement plaisir à la mort du méchant, mais désire plutôt qu’il change de conduite et qu’il vive (Ézéchiel 33 : 11). Mais Il ne forcera personne à se soumettre: si nous choisissons de Le rejeter, Il n’a alors aucun autre choix que de nous donner ce que nous demandons – vivre loin de Sa présence.

La vie sur la terre est un test – une préparation à ce qui doit venir. Pour les vrais croyants en Jésus, c’est la Vie Éternelle, dans la présence constante de Dieu. Alors comment pouvons-nous être déclarés justes devant Dieu de façon à recevoir la Vie Éternelle qu'Il promet à ses élus ? Il n’y a qu’un seul moyen – notre foi en Jésus-Christ, le Fils de Dieu. Jésus a dit « Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais… » (Jean 11 : 25-26).

Le don gratuit de la Vie Éternelle est disponible pour tous, mais il nécessite que nous délaissions les plaisirs mondains et que nous nous sacrifiions à Dieu. « Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui » (Jean 3 : 36). Les êtres humains n’auront plus l’occasion de se repentir de leurs péchés après la mort, parce qu’une fois devant Dieu, notre destiné dans l'éternité est scellés pour toujours soit au Paradis, soit en Enfer. Dieu veut que nous venions à Lui par amour et par la foi, dès maintenant. Si nous reconnaissons que Jésus-Christ a payé, par sa mort, le prix de notre rébellion pécheresse contre Dieu, nous sommes alors assurés non seulement d’une vie épanouie sur cette terre, mais aussi de la Vie Éternelle dans la présence de Jésus-Christ.

Lire la suite

Préparons-nous à rencontrer l'Éternel Dieu

18 Décembre 2018 Publié dans #Retour de Jésus, #Résurrection, #Paradis, #Enfer

« Prépare toi à la rencontre de ton Dieu » (Amos 4.12).

La Bible décrit clairement ce qui se passe après la mort et les deux destinations possibles et éternelles pour chaque être humain sont : soit le Ciel, soit l'Enfer. À la mort, l'âme/esprit d'un être humain est séparée du corps et va immédiatement dans l'éternité, tandis que le corps physique reste dans la tombe.

La Bible évoque deux résurrections : la « résurrection de vie » pour les vrais croyants en Jésus, et la « résurrection de jugement » pour ceux qui auront refusé ou négligé de croire en Jésus (Jean 5. 29). A l'époque où Jésus était sur la terre, les croyants savaient qu'il y aurait une résurrection de tous les humains, « tant des justes que des injustes ». Le Seigneur a confirmé cela sans faire de distinction de temps entre les deux résurrections.

Pour les croyants en Jésus-Christ, après la mort de leurs corps humains, leurs âmes/esprits s'en vont au Ciel parce que leurs péchés sont pardonnés du fait qu'ils ont reçu Christ comme Seigneur et Sauveur et qu'ils ont la vie éternelle (Jean 3 : 16, 18, ​​36). Pour les enfants de Dieu, la mort est d'être « loin du corps et d'être au Ciel avec le Seigneur » (2 Corinthiens 5 : 6-8, Philippiens 1 : 23).
Lors de la résurrection de vie, la première résurrection, le corps du vrai croyant en Jésus sera rendu semblable à celui du Seigneur Jésus. Il sera uni de nouveau à son esprit pour jouir pleinement d'une vie céleste, pour goûter la pureté et le bonheur du Ciel (Apocalypse 20. 6). Le Seigneur Jésus a inauguré Lui-même cette résurrection (1 Corinthiens 15. 20). En effet, à son Retour, tous les vrais croyants morts durant l'époque chrétienne, et même avant, seront ressuscités pour être avec Jésus dans sa Gloire. Oui, dans un temps à venir, ceux qui laisseront leur vie par fidélité au Seigneur Jésus auront part aussi à cette première résurrection.

Pour ceux qui ne reçoivent pas Jésus-Christ comme Seigneur et Sauveur, la mort signifie le châtiment éternel de leurs âmes/esprits en Enfer. Cependant, à la mort de leur corps humain, ils vont immédiatement vers un lieu de détention provisoire (le séjour des morts) en attendant la résurrection de leurs propres corps pour une éternité dans d'horribles tourments en enfer. Luc 16 : 22-23 décrit un homme riche tourmenté immédiatement après la mort.
Apocalypse 20 : 11-15 décrit tous les incrédules, morts ressuscités, jugés au Jugement du Grand Trône Blanc, puis être jeté dans l'étang de feu. Oui, la seconde résurrection est une résurrection de jugement. Elle se déroulera en une seule fois et concernera ceux qui n'auront pas eu part à la première résurrection. Tous les morts qui n'auront pas reçu, par la foi, le don de la Vie Éternelle en Jésus-Christ, seront rappelés à l'existence par un acte de puissance divine, et seront jugés. Toute leur vie sera mise en lumière devant le Juge suprême et ils seront alors tous condamnés en Enfer.

Quelle vérité impressionnante ! Mais aujourd'hui est encore un jour de grâce pour chaque être humain vivant sur la terre. Si un être humain n'est pas encore prêt à rencontrer le seul vrai Dieu de l'univers, alors qu'il vienne sincèrement à Jésus-Christ pour recevoir le pardon de ses péchés, pour être réconcilié avec Dieu pour toujours et avoir dès ici-bas la Vie Éternelle.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 > >>