Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Évangile est une puissance de Dieu pour le Salut de quiconque croit (Romains 1 : 16)

resurrection

Une espérance vivante à travers la Résurection de Jésus-Christ (2)

16 Novembre 2022 Publié dans #Résurrection

Bien-aimés, il nous faut savoir que l’Église du 1er siècle a connu des épreuves qui ont décimé des villes et des régions. Les temps étaient périlleux. Mais le Seigneur a été, comme il l’est toujours, le secours qui n’a jamais manqué. Par la grâce de Dieu, nous pouvons donc regarder l’avenir avec confiance et compter sur Lui.

En quoi l’espérance chrétienne peut-elle nous aider dans ces temps difficiles ? L’espérance a, pour le croyant, une valeur de protection. L’Écriture nous dit : « Équipez-vous du casque de l’espérance du salut » (1 Thessaloniciens 5. 8). Le casque couvre des centres vitaux. Une foi qui n’aurait plus une forte dimension d’espérance serait en grave danger. Une espérance forte abrite des menaces… Seigneur, abrite-moi sous tes ailes.

« Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ ! Selon sa grande bonté, il nous a fait naître de nouveau à travers la résurrection de Jésus-Christ pour une espérance vivante, pour un héritage qui ne peut ni se détruire, ni se souiller, ni perdre son éclat. Il vous est réservé dans le ciel, à vous qui êtes gardés par la puissance de Dieu, au moyen de la foi, pour le salut prêt à être révélé dans les derniers temps » (1 Pierre 1. 3).

Bien-aimés, je vous exhorte, comme étrangers et voyageurs sur la terre (1 Pierre 2. 11a). Quelle était la situation de ces croyants ?

Pierre utilise le terme d’étranger pour décrire la situation des chrétiens dans le monde. Les croyants sont des étrangers, dispersés dans le monde. Ils sont en diaspora et en attente d’un héritage qui leur est réservé dans les cieux. Leur situation concrète est donc celle d’un peuple de pèlerins, en exode / en route vers sa patrie céleste. Pierre utilise deux mots qui désignent l’étranger.
L’un d’eux désigne « l’étranger résident ». C’est celui qui réside pour une durée plus ou moins longue dans un pays qui n’est pas le sien. Même s’il ne devient pas citoyen du pays, il possède un statut, il bénéficie de certains droits qui le protègent. Sa situation correspondrait globalement aujourd’hui à celle de l’étranger qui posséderait une carte de séjour.

Le terme voyageurs désigne en revanche l’immigrant, le résident temporaire, celui dont on tolère la présence, mais qui n’a pas de statut particulier et qui ne possède pas de droit spécifique, puisqu’il est juste de passage dans le pays.
Pierre accorde une certaine priorité à ce mot pour décrire la situation du croyant dans le monde, le croyant est le résident temporaire, sans droit, ce qui met l’accent sur la précarité de sa situation et le sentiment d’aliénation, le sentiment de ne pas se sentir chez lui.
Dans Jean 15. 19-20, Jésus dit à ses disciples : « Si le monde a de la haine pour vous, sachez qu’il m’a haï avant vous. Si vous étiez du monde, le monde vous aimerait, car vous seriez à lui. Vous n’êtes pas du monde, mais je vous ai choisis du milieu du monde ; c’est pour cela que le monde vous déteste. Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite : — “Le serviteur n’est pas plus grand que son seigneur. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ; s’ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre”».

“Je vous ai dit ces choses afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde, vous aurez à souffrir dans le monde, mais prenez courage : moi, j’ai vaincu le monde” (Jean 16. 33).

Quelle attitude avoir en tant que chrétiens ?

Nous devons garder dans notre esprit cette nécessité absolue — le salut de ceux qui ne connaissent pas le Seigneur et qui n’ont donc pas cette  espérance vivante.
L’Écriture dit dans 1 Timothée 2. 1-4 : “En tout premier lieu, je recommande que l’on adresse à Dieu des demandes, des prières, des supplications et des remerciements pour tous les êtres humains. Prions pour les rois et pour toutes les personnes qui détiennent l’autorité, afin que nous puissions mener à l’abri de toute violence et dans la paix, une vie qui exprime, en toute piété et en tout respect, notre attachement à Dieu. Voilà ce qui est beau et agréable à Dieu, notre sauveur, qui veut que tous les humains soient sauvés, et qu’ils parviennent à la connaissance de la vérité”.

Nous ne devons jamais perdre de vue notre espérance

“Quant à nous, nous sommes citoyens du royaume des cieux : de là, nous attendons ardemment la venue du Seigneur Jésus-Christ pour nous sauver, car il transformera notre corps misérable pour le rendre conforme à son corps glorieux par la puissance qui lui permet de tout soumettre à son autorité” (Philippiens 3. 20-21).

Le meilleur est devant nous ! Que le Seigneur vous bénisse.

Lire la suite

Une espérance vivante à travers la Résurection de Jésus-Christ (1)

15 Novembre 2022 Publié dans #Résurrection

« Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ ! Conformément à sa grande bonté, il nous a fait naître de nouveau à travers la résurrection de Jésus-Christ pour une espérance vivante, pour un héritage qui ne peut ni se détruire, ni se souiller, ni perdre son éclat. Il vous est réservé dans le ciel, à vous qui êtes gardés par la puissance de Dieu, au moyen de la foi, pour le salut prêt à être révélé dans les derniers temps » (1 Pierre 1. 3-5).

L’apôtre Paul déclare à propos des non-croyants : « Ils n’ont pas d’espérance » (1 Thessaloniciens 4. 13), ils sont « sans espérance et sans Dieu dans le monde. » (Éphésiens 2. 12).
Quelqu’un peut essayer de contester cette affirmation en disant que l’être humain ne peut pas faire autrement qu’espérer, sans quoi il ne peut pas tenir ! D’ailleurs la sagesse populaire dit : « L’espoir fait vivre », « Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir ». Quelqu’un a dit « Être homme, cela veut dire en réalité : avoir des rêves, de l’utopie ». On peut comprendre ce qu’il a voulu dire. Mais il est très important de préciser les choses.

Bien-aimés, contrairement à de purs produits de l’imaginaire et du désir, l’espérance chrétienne n’est pas un rêve ou une utopie ; elle est fondée sur une réalité historique incontestable. Dans les versets en tête est clairement indiquée la source de l’espérance chrétienne. L’apôtre écrit : « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ. Conformément à sa grande bonté, il nous a fait naître de nouveau à travers la résurrection de Jésus-Christ pour une espérance vivante. » (1 Pierre 1. 3).

Au centre, au cœur de l’espérance chrétienne, il y a Quelqu’un. C’est Jésus Christ. « En effet, ce n’est pas en suivant des fables habilement conçues que nous vous avons fait connaître la puissante venue de notre Seigneur Jésus-Christ, mais c’est après avoir vu Sa Majesté de nos propres yeux. Oui, Il a reçu de Dieu le Père honneur et gloire quand la gloire magnifique lui a fait entendre une voix qui disait : — Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection. Cette voix, nous l’avons nous-mêmes entendue venir du ciel lorsque nous étions avec lui sur la sainte montagne » (2 Pierre 1. 16-18).
Jésus nous a dit : « Que votre cœur ne se trouble pas ! Croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Il y a beaucoup de demeures dans la maison de mon Père. Si ce n’était pas le cas, je vous l’aurais dit. Je vais vous préparer une place. Lorsque je vous aurai préparé une place, je reviendrai et je vous prendrai avec moi, afin que vous soyez, vous aussi, là où je suis » (Jean 14. 1).

Quelle glorieuse espérance !

L’espérance chrétienne se vit de manière pratique dans des contextes difficiles. En effet, cette épître de Paul s’adresse à des communautés de croyants, qui constituaient une minorité dans une société non chrétienne qui de plus leur était hostile. Ils passaient par des temps très difficiles. Une période de persécutions et de diverses épreuves.
Dans Jean 15. 18-20, Jésus dit à ses disciples : « Si le monde a de la haine pour vous, sachez qu’il m’a haï avant vous. Si vous étiez du monde, le monde vous aimerait, car vous seriez à lui. Vous n’êtes pas du monde, mais je vous ai choisis du milieu du monde ; c’est pour cela que le monde vous déteste. Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite : “Le serviteur n’est pas plus grand que son seigneur.” S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ; s’ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre. »
« Je vous ai dit ces choses afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde, vous aurez à souffrir dans le monde, mais prenez courage : moi, j’ai vaincu le monde » (Jean 16. 33).

A SUIVRE...

Lire la suite

L'importance de la résurrection de Jésus-Christ

14 Octobre 2022 Publié dans #Résurrection

La résurrection de Jésus est importante pour plusieurs raisons. Tout d'abord, il témoigne de l'immense puissance de Dieu lui-même. Croire en la résurrection, c'est croire en Dieu. Si Dieu existe, et si Il a créé l'univers et a le pouvoir sur elle, Il a le pouvoir de ressusciter les morts. S'Il n'a pas ce pouvoir, Il n'est pas un Dieu digne de notre foi et de culte. Seul Celui qui a créé la vie peut la ressusciter après la mort, Lui seul peut renverser la laideur de ce qui est mort et Lui seul peut enlever l'aiguillon de la mort et Jésus a vaincu la mort (1 Corinthiens 15. 54-55). En ressuscitant Jésus d'entre les morts, Dieu nous rappelle sa souveraineté absolue sur la vie et la mort.

Deuxièmement, la résurrection de Jésus est un témoignage de la résurrection des êtres humains, qui est un principe fondamental de la foi chrétienne. Contrairement à toutes les autres religions, le christianisme seul possède l'un des fondateurs, qui traverse la mort et qui promet que ses disciples feront de même. Toutes les autres religions ont été fondées par des hommes et des prophètes dont la fin a été la tombe. En tant qu'enfants de Dieu, nous sommes réconfortés par le fait que notre Dieu s'est fait homme, mort pour nos péchés, et est ressuscité le troisième jour. Le tombeau ne pouvait pas Le retenir. Il vit, et Il siège aujourd'hui à la droite de Dieu le Père dans le Ciel.

Dans 1 Corinthiens 15, Paul explique en détail l'importance de la résurrection du Christ. Certains de Corinthe ne croyaient pas en la résurrection des morts, et, dans ce chapitre Paul donne six conséquences désastreuses s'il n'y a pas de résurrection :
1) la prédication du Christ n'aurait pas de sens (v. 14),
2) la foi dans le Christ serait inutile ( v. 14);
3) tous les témoins et les prédicateurs de la résurrection serait menteurs (v. 15);
4) ne serait racheté du péché (v. 17);
5) tous les croyants anciens auraient péri (v. 18), et
6) les chrétiens seraient les plus à plaindre sur la terre (v. 19).
Mais le Christ a en effet ressuscité des morts et "est devenu les prémices de ceux qui se sont endormis" (v. 20), assurant que nous allons le suivre dans sa résurrection.

La Parole inspirée de Dieu garantit la résurrection des enfants de Dieu à la seconde Venue de Jésus-Christ pour enlever l’Église. De tels espoirs et assurances résident dans un grand chant de triomphe, comme Paul écrit dans 1 Corinthiens 15. 55, "O mort, où est ta victoire ? O mort, où est ton aiguillon ? "

Comment ces versets à la fin se rapportent à l'importance de la résurrection ? Paul répond: «... vous savez que votre travail dans le Seigneur n'est pas en vain» (v. 58). Il nous rappelle que parce que nous savons que nous seront ressuscités à une vie nouvelle, nous pouvons souffrir la persécution et du danger pour l'Amour du Christ (v. 29-31), comme il le faisait. Nous pouvons suivre l'exemple des milliers de martyrs à travers l'histoire de l’Église qui ont volontiers échangé leur vie terrestre pour la vie éternelle par la résurrection.

La résurrection est la victoire triomphante et glorieuse pour chaque croyant. Jésus Christ est mort, a été enseveli, et est monté au ciel le troisième jour selon les Écritures. Et, Il revient bientôt ! Les morts en Christ ressusciteront, et ceux qui restent et qui sont en vie à Sa venue seront changé et recevoir de nouveaux et glorieux corps (1 Thessaloniciens 4. 13-18). Pourquoi la résurrection de Jésus-Christ est-elle si important au salut ? Il a montré que Dieu a accepté le sacrifice de Jésus en notre nom. Cela prouve que Dieu a le pouvoir de nous élever d'entre les morts. Elle garantit que ceux qui croient dans le Christ qu'ils ne resteront pas morts mais seront ressuscités pour la vie éternelle. Tel est notre espoir béni !

Lire la suite

Nécessité de la mort et de la résurrection de Jésus

3 Octobre 2022 Publié dans #Sacrifice de Jésus, #Résurrection

La mort de Jésus-Christ sur la croix était absolument nécessaire. Combien de fois ne l’avait-il pas dit à ses disciples ! Et combien de fois, sous de multiples formes, les Écritures n’en avaient-elles pas rendu témoignage ! Et elles nous font comprendre que cela n’a pas été une chose légère pour Jésus. Jésus devait connaître la mort dans son caractère de salaire du péché. En tant que notre Substitut, Jésus devait être soumis à toutes les conséquences du péché, y compris la mort.

La mort de Jésus-Christ était nécessaire pour que les êtres humains soient unis à Lui :

• La mort du Seigneur Jésus sur la croix et sa résurrection sont le centre de l’accomplissement des conseils de Dieu. Tous leurs différents aspects sont nécessaires et contribuent à cet accomplissement. Jésus-Christ, qui s'est fait homme, devait mourir, quoiqu’il fût Saint, sans péché. Cette nécessité, inséparable de celle de sa résurrection, a été annoncée maintes fois par le Seigneur Jésus Lui-même. Il est de plus confirmé qu’elle a été annoncée par Moïse et par les prophètes (Luc 24 : 26 ; Actes 17 : 3 ; 26 : 23).

• La mort de Jésus-Christ et sa résurrection étaient nécessaires pour que chaque être humain qui place toute sa confiance en Jésus puisse avoir part avec Lui à son glorieux héritage qu'Il réserve à tous ses rachetés. Oui, Jésus-Christ est entré volontairement dans la mort pour que nous soyons unis à Lui dans sa résurrection d’entre les morts.

• Jésus l’a fait en grâce, pour nous délivrer de tous nos ennemis et pour rendre impuissant le Diable qui avait le pouvoir de la mort

• Un autre côté important, c’est que « sans effusion de sang il n’y a pas de rémission ». L’effusion du sang est bien la démonstration publique que la mort est intervenue. Nous ne pouvons expliquer la valeur infinie que Dieu attache au sang de Christ. Elle est démontrée par les effets de ce sang.

• Nous avons la rédemption par son sang (Éphésiens 1 : 7), une rédemption éternelle (Hébreux 9 : 12). Il a fait la paix par le sang de sa croix (Colossiens 1 : 20) ; nous sommes justifiés par la foi en son sang (Romains 3 : 25) et de plus, nous entrons dans les lieux saints par le sang de Jésus (Hébreux 10 : 19), dans ces lieux saints qui devaient être purifiés par ce même sang (Hébreux 9 : 23).

« C’est accompli » : La Justice de Dieu est satisfaite et la puissance de Satan est détruite

• Lorsque le Christ est entré dans la mort en remettant son esprit entre les mains de Dieu le Père, Il venait de déclarer : « Tout est accompli ». Y avait-il encore quelque chose à faire ?

• À cause de ce que Jésus est, toute son œuvre était aussi certaine avant qu’après son accomplissement. C’est pourquoi Jésus dit en Jean 17 : 4, avant sa mort sur la croix : « J’ai achevé l’œuvre que tu m’as donnée à faire ». La déclaration « Tout est accompli » intervient au moment où s’achèvent les heures de l’abandon qui constituaient de très loin l’étape la plus douloureuse, où Jésus était privé de la communion avec Dieu le Père. Et son entrée dans la mort du corps faisait partie de cet accomplissement. Jésus-Christ, s'étant livré lui-même à la mort... rendit son esprit, courbé sous le poids de nos péchés. Satan, le prince de ce monde, qui avait le pouvoir de la mort, bien que ne trouvant rien en Christ qui lui donnât un pouvoir quelconque sur lui, se réjouit de sa victoire. Mais sa joie fut de courte durée. Satan avait eu à soutenir le combat avec Jésus, il avait eu à déployer toute sa puissance, toute sa force, contre Celui qui avait pris notre cause en main. Puis, par la résurrection de Jésus, la Justice de Dieu était satisfaite et la puissance de Satan détruite : Par sa mort sur la croix et par sa résurrection, Jésus a détruit celui qui avait le pouvoir de la mort »

• La mort de Jésus sur la croix était nécessaire, ainsi que Sa résurrection. Oui, Dieu a ressuscité Jésus. « Et il l’a fait asseoir à sa droite dans les lieux célestes, au-dessus de toute principauté, et autorité, et puissance, et domination, et de tout nom qui se nomme » (Éphésiens 1 : 20, 21).

• Gardons les yeux fixés sur celui qui peut dire : « J’ai été mort ; et voici, je suis vivant aux siècles des siècles » (Apocalypse 1 : 18). En encore : « Parce que moi je vis, vous aussi vous vivrez » (Jean 14 : 19).

• Possédant la vie de Jésus-Christ ressuscité, le vrai croyant en Jésus est délivré de la crainte de la mort (Hébreux 2 : 14). Même s’il doit passer par ce chemin, la mort n’a plus pour lui son aiguillon : il s’endort « en Jésus » (1 Thessaloniciens 4 : 14), oui, il rejoint directement Jésus dans la gloire en attendant le jour glorieux de la résurrection.

• Que le souvenir de ce qu’a coûté au Seigneur Jésus notre salut éternel demeure dans nos cœurs, et nous attache à Lui ! Puissions-nous alors réaliser ce que dit l’apôtre : « Car l’amour du Christ nous étreint, en ce que nous avons jugé ceci, que si un est mort pour tous, tous donc sont morts, et qu’il est mort pour tous, afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui pour eux est mort et a été ressuscité » (2 Corinthiens 5 : 14, 15).

• Que Dieu nous accorde de vivre comme des affranchis de Jésus Christ, affranchis « de la loi du péché et de la mort » ! (Romains 8 : 1).

Lire la suite

Jésus-Christ est le grand Vainqueur de la mort

8 Septembre 2022 Publié dans #La mort, #Résurrection

« Comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, de même ainsi le Fils (de Dieu) donne la vie à qui Il veut » (Jean 5. 21).

Les évangiles nous montrent Jésus, “le Prince de la vie”, le Vainqueur de la mort, faisant face à la mort :
– Un enfant est mourant, son père supplie Jésus de venir avant qu'il meure. Jésus le renvoie avec ces mots : “Va, ton fils vit”. Le père croit la parole
de Jésus, rentre chez lui et trouve l'enfant guéri (Jean 4. 46-53).
– Jésus est en route pour se rendre dans un autre village auprès d'une enfant de douze ans, mourante elle aussi, mais un message terrible parvient au
père : « Ta fille est morte; pourquoi importuner encore le maître ? » Mais Jésus rassure le père et poursuit son chemin. Il trouve l'enfant morte sur son lit. La prenant par la main, il dit : « Jeune fille, je te dis, lève-toi ». Et elle se leva aussitôt (Marc 5. 35, 41).
– Un cortège funèbre croise la route de Jésus : le mort est le fils unique d'une veuve. Jésus s'approche et dit à la mère : “Ne pleure pas”. Puis il touche
le cercueil. Et dit encore avec la même autorité : “Jeune homme, je te dis, lève-toi”, ainsi Jésus ressuscita le mort (Luc 7. 12-15).
– L'un des amis de Jésus est malade, et meurt. Quand Jésus arrive, le mort est dans le tombeau depuis quatre jours. Jésus ordonne d'enlever la pierre
qui ferme le tombeau, et crie : “Lazare, sors !” Le mort sortit, les pieds et les mains liés de bandelettes, le visage enveloppé d'un suaire. “Déliez-le, et laissez-le aller”, ordonne Jésus (Jean 11. 39-44).
« En vérité, en vérité, je vous dis : L'heure vient, et c'est maintenant, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l'auront entendue
vivront » (Jean 5. 25).

Pourtant, un vendredi soir, deux hommes déposent un corps dans un tombeau tout neuf. Le défunt, c'est Jésus-Christ, le Fils de Dieu, celui qui ressuscite les morts. Est-ce possible ? Oui, Jésus a été crucifié jusqu'à mourir sur la croix. Mais, même si les êtres humains sont responsables de sa mort en Le crucifiant sur la croix, sachons que Jésus a donnée volontairement Sa vie : “Je laisse ma vie… Personne ne me l'ôte, mais moi, je la laisse de moi-même” (Jean 10. 17, 18). Après avoir ressuscité des êtres humains qui étaient décédés, Jésus le Fils de Dieu entre Lui-même dans le domaine de la mort !
Mais si Jésus donne Sa vie, c'est afin de la reprendre. Jésus dit : “J'ai le pouvoir de la laisser, et j'ai le pouvoir de la reprendre” (Jean 10. 18). En effet, le troisième jour au dimanche matin, le tombeau est vide. Jésus est ressuscité, il a vaincu la mort, ôtant ainsi au diable son terrible pouvoir
(Hébreux 2. 14-15). C'est une Victoire sans précédent, un triomphe définitif.
Un jour, à la voix puissante de Jésus le Fils de Dieu, à son cri de commandement, les corps des croyants en Jésus, retournés à la poussière, ressusciteront
(1 Thessaloniciens 4. 16). La mort ne pourra en retenir aucun !
Pour bénéficier de cette glorieuse Victoire du Fils de Dieu sur la mort, il faut prêter l'oreille à sa voix. À ceux qui auront refusé d'écouter Sa voix, de recevoir Jésus et de mettre leur confiance en Lui pendant leur vie ici-bas, il
leur sera alors une chose terrible : “la seconde mort” ou “l'étang de feu” (Apocalypse 20. 14). Dans ce lieu, la voix du Fils de Dieu ne retentira plus…
« Dieu nous a donné la vie éternelle, et cette vie est dans son Fils. Celui qui a le Fils a la vie » (1 Jean 5. 11, 12).
« [Jésus] délivre tous ceux qui, par la crainte de la mort, étaient, pendant toute leur vie, tenus en esclavage » Hébreux 2. 15
« La mort a été engloutie en victoire… Où est, ô mort, ta victoire?… Grâces à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus Christ ! » 1 Corinthiens 15. 54-57

Lire la suite

La mort est vaincue pour toujours‏

27 Août 2022 Publié dans #La mort, #Résurrection

Car le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur (Romains 6. 23)
Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus Christ. (Romains 3. 23-24)
Dieu ne veut pas la mort de l'être humain qui est la conséquence du péché, ni que l'être humain soit séparé définitivement de Lui quand il quittera cette terre. Dieu veut sauver, délivrer et changer parfaitement les cœurs et les vies des êtres humains. Puisque tous sont coupables devant Dieu, Dieu, Lui, veut faire miséricorde à tous. La Bible dit que "sans effusion de sang, il n'y a pas de pardon” (Hébreux 9. 22). Où trouver alors le sang qui seul peut effacer les péchés, le sang d'une victime parfaite ? Seul le sang précieux de Jésus Christ peut purifier parfaitement les péchés du monde. La Bible dit : “Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point mais qu'il ait la vie éternelle" (Jean 3. 16). Jésus, le Fils de Dieu, s'est fait homme pour donner, par son sacrifice à la croix, le sang précieux qui purifie de tout péché (1 Jean 1. 7). “Par une seule offrande, Christ a rendu parfaits pour toujours ceux qui sont sanctifiés” (Hébreux 10. 14). Jésus a vaincu la mort, Il est ressuscité, vivant pour toujours. Jésus délivre de la mort éternelle quiconque qui croit et prend Dieu au mot en acceptant son don gratuit, celui de la Vie Éternelle.
« Jésus lui dit : Je suis la Résurrection et la Vie : celui qui croit en moi, même s'il meurt, vivra. » (Jean 11 : 25). Voilà ce que déclara Jésus-Christ devant le tombeau de Lazare, entouré d'une grande foule. En ressuscitant Lazare, mort depuis quatre jours, Jésus prouve Son pouvoir sur la mort. Ce pouvoir ne se limite pas à la résurrection corporelle, mais s'étend aussi à la résurrection pour la vie éternelle.
Voici la promesse que Jésus a dit au brigand repentant, mourant à ses côtés sur la croix de Golgotha, « Jésus lui répondit: Je te le dis en vérité, aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis. » (Luc 23 : 43)
Jésus-Christ est mort par amour pour nous sur la croix de Golgotha, mais Il est ressuscité. De nombreux témoignages le confirment. C'est un événement historique. « Nous savons en effet que le Christ, depuis qu'il a été ramené de la mort à la vie, ne doit plus mourir : la mort n'a plus de pouvoir sur Lui » (Romains 6 : 9). « Je (Jésus) suis le Vivant, j'étais mort, mais maintenant je suis vivant pour toujours. Je détiens le pouvoir sur la mort et le monde des morts » (Apocalypse 1 : 18)
Dieu prend soin de répéter dans l'Ancien Testament comme dans le Nouveau Testament : "Je ne me souviendrai plus jamais de leurs péchés ni de leurs iniquités” (Jérémie 31. 34 ; Hébreux 10. 17).
Celui qui croit sincèrement en Jésus Christ ne mourra point mais il a déjà la Vie Éternelle. Quel bonheur !
Jésus-Christ est le Premier qui soit ressuscité d'entre les morts et Il vit pour l'éternité. Ceux qui croient en Jésus-Christ ressusciteront corporellement et vivront éternellement avec Christ dans sa Gloire. Tandis que ceux qui ont rejeté Jésus-Christ ressusciteront à la fin pour les peines éternelles en Enfer. « Et quiconque ne fut pas trouvé inscrit dans le livre de vie fut précipité dans l'étang de feu. » (Apocalypse 20 : 15)

Lire la suite

Ce que nous perdrions si Jésus n’était pas ressuscité

24 Juin 2022 Publié dans #Résurrection

Bien des choses dans notre vie s'écrouleraient si Jésus n'était pas ressuscité d'entre les morts. Si Jésus n’avait pas vaincu la mort, les chrétiens seraient les personnes les plus malheureuses de la terre, « les plus à plaindre des hommes » (1 Corinthiens 15. 19).
En effet, nous serions alors réduits à vivre :

1. Sans fondement :

Dans le magnifique chapitre du Nouveau Testament consacré à la résurrection (1 Corinthiens 15), l’apôtre Paul déclare : "Et si Christ n’est pas ressuscité, notre prédication n’a plus de contenu, et votre foi est sans objet" (1 Corinthiens 15. 14). "Or, si Christ n’est pas ressuscité, votre foi est une illusion" (1 Corinthiens 15. 17a).

La foi chrétienne est plus qu’une simple spiritualité ou qu’une croyance qui fait du bien. Le mot « foi », dans la Bible, s’apparente davantage à une confiance. Or l’élément déterminant, dans ce cadre, est sans contredit l’objet de la foi ou confiance.

Les chrétiens ont une confiance rationnelle. Même si nous n'avons pas vu de nos propres yeux la Résurrection de notre Sauveur Jésus, nous avons suffisamment de données, sur le plan historique, qui rendent véridique et raisonnable la réalité du tombeau vide.

2. Sans pardon des péchés :

Paul poursuit : "Or, si Christ n’est pas ressuscité, votre foi est une illusion, et vous êtes encore sous le poids de vos péchés. De plus, ceux qui sont morts unis à Christ sont à jamais perdus. Si c’est seulement pour la vie présente que nous avons mis notre espérance en Christ, nous sommes les plus à plaindre des hommes" (1 Corinthiens 15. 17-19).

Pour Paul, la crucifixion de Christ et sa résurrection sont inséparables. Elles sont toutes deux au cœur de la Bonne Nouvelle (1 Corinthiens 15. 3-7). En ressuscitant Jésus, le Père indique qu’il approuve sa mort sacrificielle, qui rend notre pardon possible.

En outre, saviez-vous que Paul rattachait directement notre « justification » à la résurrection de Christ ? « Il a été livré pour nos fautes, et il est ressuscité pour que nous soyons déclarés justes. » (Romains 4. 25).

3. Sans puissance :

En Éphésiens 1.19a, Paul prie que les chrétiens comprennent « quelle est l’extraordinaire grandeur de la puissance qu’il met en œuvre en notre faveur, à nous qui plaçons notre confiance en lui ».

Or, de quelle puissance parle-t-il ? De celle par laquelle Dieu a ressuscité Christ ! "Cette puissance, en effet, il l’a déployée dans toute sa force en la faisant agir en Christ lorsqu’il l’a ressuscité et l’a fait siéger à sa droite, dans le monde céleste" (Éphésiens 1. 19b-20).

Autre texte énergisant, en particulier quand nous souffrons pour Christ : "C’est ainsi que je pourrai connaître Christ, c’est-à-dire expérimenter la puissance de sa résurrection et avoir part à ses souffrances, en devenant semblable à lui jusque dans sa mort, afin de parvenir, quoi qu’il arrive, à la résurrection" (Philippiens 3. 10-11).

4. Sans espérance :

La résurrection de Christ annonce… la nôtre ! Sans la sienne, l’attente de la nôtre s’évapore. "Car si nous avons été unis à lui par une mort semblable à la sienne, nous le serons aussi par une résurrection semblable à la sienne"(Romains 6. 5).

Voilà seulement quatre des trésors qui nous échapperaient, parmi bien d’autres, si le Père n’avait pas ramené son Fils unique à la vie !

Lire la suite

Jésus-Christ est réellement ressuscité

13 Mai 2022 Publié dans #Résurrection

La mort de Christ sur la croix et sa résurrection sont pour ceux qui croient en Lui, les fondements de leur foi, selon ce qu'écrit encore l'apôtre Paul : "Je vous ai enseigné avant tout, comme je l’avais aussi reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures; qu’il a été enseveli, et qu’il est ressuscité le troisième jour, selon les Écritures (1 Corinthiens 15. 3). Nous croyons en Celui qui a ressuscité des morts Jésus notre Seigneur, lequel a été livré pour nos offenses, et est ressuscité pour notre justification.

Les disciples de Jésus venaient de vivre un peu plus de trois années exceptionnelles, ces hommes et ces femmes qui avaient répondu à l'appel du Maître. Ils s'étaient attachés à Lui, l'avaient suivi partout en Judée, en Galilée et en Samarie. Les disciples avaient été témoins de miracles, de guérisons, de délivrances extraordinaires, de sermons exaltants, merveilleux et surréalistes ; mais parfois aussi ils étaient témoins de la haine des castes religieuses et des nantis du pays. Ils l'aimaient leur Rabbi, leur guide, leur Seigneur, leur Dieu.
Et voilà que depuis trois jours ces mêmes hommes et femmes étaient plongés dans une détresse profonde, désespérés, apeurés, dans un doute affreux. Leur Messie avait été mis à mort comme un criminel, un brigand, condamné au supplice le plus infâme, le plus humiliant, le supplice et la mort des maudits : crucifié, pendu au bois. Ils ne comprenaient plus. Il avait bien dit qu'Il ressusciterait, mais voilà déjà trois jours qu'il était dans ce tombeau et rien ne s'était produit. Alors certains s'en retournaient chez eux, à Emmaüs. Quelques femmes fidèles, en proie à un profond chagrin, s'affairaient à préparer l'embaumement du corps de leur maitre. Les autres disciples restaient enfermés, paralysés par la peur des juifs acharnés à détruire toute trace de ce Rabbi qu'ils avaient cloué à mort. Le plus grand nombre de ceux qui avaient suivi Jésus, qui étaient guéris ou bénis par Lui, s'étaient dispersés. Puis soudain au troisième jour après la mort de Jésus, au matin du premier jour de la semaine, une lumière d'un éclat insoutenable illuminait le noir tombeau où reposait le corps inanimé, meurtri, brisé, de Jésus. A cet instant, l'Esprit de Dieu est descendu là, manifestant sa puissance infinie pour ressusciter le Christ, non comme Lazare ou le fils de la veuve de Naïm, mais d'une résurrection glorieuse, transformant le corps de chair de Jésus en un corps spirituel et glorieux, affranchi des limites des lois physiques naturelles. Alors avant même que la pierre soit roulée, le Fils de Dieu est sorti victorieusement de son tombeau, car il était impossible que la mort le retienne captif. "Dieu l’a ressuscité, en le délivrant des liens de la mort, parce qu’il n’était pas possible qu’il fût retenu par elle" (Actes 2. 24).

Ressuscité par la puissance de Dieu : La résurrection de Jésus est d'une dimension extraordinaire, infiniment plus grande que toutes les résurrections dont la Bible parle. Lors de sa résurrection, le Fils de Dieu a revêtu la gloire dont Il s'était dépouillée en venant sur la terre comme un simple homme.

"Jésus-Christ qui existait en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et ayant paru comme un simple homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père" (Philippiens 2. 6-11). "Celui qui a été abaissé pour un peu de temps au-dessous des anges, Jésus, nous le voyons couronné de gloire et d’honneur à cause de la mort qu’il a soufferte, afin que, par la grâce de Dieu, il souffrît la mort pour tous" (Hébreux 2. 9).
Dans ses lettres, l'apôtre Paul parle d'une résurrection glorieuse que vivront ceux et celles qui appartiennent au Seigneur Jésus-Christ. Ils connaitront la même gloire que leur Seigneur. "Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous" (Romains 8. 11). Nous devrions considérer l'incomparable puissance que Dieu a manifestée en ressuscitant le Seigneur Jésus-Christ, afin d'être encouragés dans notre marche terrestre avec Lui. ... LIRE
Éphésiens 1.15-23
Ce jour là, le premier jour de la semaine au petit matin, alors que dans une profonde tristesse elles venaient embaumer le corps de Jésus leur Maître, des femmes proches de Lui, entendirent de la bouche des anges cette nouvelle incroyable : Vous cherchez Jésus de Nazareth ? Il n'est point ici, il est ressuscité ! Ne cherchez pas parmi les morts, Celui qui est vivant ! Comme il est bon et édifiant de lire et relire les récits de la résurrection de Jésus de Nazareth, racontée par ses fidèles témoins. LIRE Matthieu 28. 1-10
Ainsi parvint aux disciples qui pleuraient et s'affligeaient, la bonne nouvelle de la résurrection de leur Seigneur. Après deux mille ans d'histoire d'une Église tantôt glorieuse, tantôt malmenée, souvent formaliste et endormie, la bonne nouvelle retentit toujours : Jésus-Christ est ressuscité, Il est Vivant, Il est présent là où deux ou trois se rassemblent pour Lui et avec chacun de ceux qui Lui appartiennent.
La résurrection du Seigneur Jésus-Christ est partie intégrante du message de l’Évangile que les apôtres et les premiers disciples annonçaient. Paul va même jusqu'à dire que si Christ n'est pas ressuscité notre foi est vaine.
En lisant
1 Corinthiens 15. 1-20 , nous remarquons combien la résurrection de Christ est importante, en particulier pour l'objectif final de notre foi : notre propre résurrection. Jésus est vivant, c'est glorieusement vrai, mais quelle incidence cette vérité a-t-elle dans nos vies ? La résurrection du Seigneur Jésus-Christ est un fait incontestable, établi comme un fondement de la foi chez tous les chrétiens. Cependant, nous n'en comprenons pas toujours toute la portée.
Le témoignage que nous en communique le Saint-Esprit remplit notre cœur de paix et de joie. Mais aussi d'une glorieuse et vivante espérance dans notre propre résurrection. "Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous" (Romains 8. 11). "Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est. Quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui-même est pur" (1 Jean 3. 2).
Lisons pour conclure ce chapitre ce qu'à écrit l'apôtre Pierre : "Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a régénérés, pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts, pour un héritage qui ne se peut ni corrompre, ni souiller, ni flétrir, lequel vous est réservé dans les cieux" (1 Pierre 1. 3-9).

Lire la suite

La fête de Pâques‏

18 Avril 2022 Publié dans #Résurrection

« Ne fallait-il pas que le Christ endure ces souffrances, et qu'il entre dans sa gloire ? » (Luc 24. 26). C'est par cette question que Jésus encourage deux de ses disciples qui étaient tristes en pensant que leur Seigneur Jésus-Christ était mort, et que toutes leurs espérances d'un Royaume pour Jésus, pour eux, pour Israël, s'étaient évanouies.
Peut-être vous aussi vous interrogez-vous sur la mort de Jésus ? Son enseignement si fort, son influence morale ne sont-ils pas déjà un apport essentiel ? Pourquoi fallait-il que Jésus meure sur une croix ?
Dans les Évangiles, la mort du Seigneur Jésus tient une place importante, centrale même. Jésus Lui-même considérait sa propre mort comme le but de sa Venue sur la terre. Jésus a pu dire : « Le fils de l'homme n'est pas venu pour être servi, mais pour servir et pour donner sa vie en rançon pour beaucoup » (Marc 10. 45). Sa mort n'est pas la fin d'une vie sublime et incomprise. Non, en elle s'est accomplie l'œuvre de la rédemption, de la libération, décidée par Dieu. C'est en vue de cette œuvre que Jésus est venu dans le monde. Par sa mort, Jésus a glorifié Dieu en portant pour nous la condamnation divine que méritent nos péchés ; Oui Jésus a satisfait la parfaite Justice de Dieu.

Le jour de la fête de Pâques évoque la joie de la résurrection du Christ et l'espérance de notre résurrection, pour nous vrais croyants qui nous confions en Jésus.
Chers amis, le tombeau de Jésus Christ est vide ! Notre Seigneur Jésus a souffert la mort de la croix pour expier nos péchés, mais il est sorti de la tombe ! Jésus est vivant, et c'est chaque jour qu'il nous appelle à nous en souvenir. C'est une réalité attestée par “plus de cinq cents frères à la fois” (1 Corinthiens 15. 6). Et si la mort n'a pu retenir Jésus, elle ne retiendra pas non plus tous ceux qui appartiennent à Jésus. C'est une certitude pour chaque vrai croyant en Jésus Christ : le jour vient où “les morts en Christ ressusciteront” (1 Thessaloniciens 4. 16), quand le Seigneur Jésus “transformera notre corps misérable en la conformité de son corps de gloire, en déployant le pouvoir qu'il a de soumettre absolument tout à son autorité” (Philippiens 3. 21).
Cette espérance ne nous remplit-elle pas de joie ? L'apôtre Paul pouvait dire : “J'estime... que les souffrances du temps présent ne peuvent pas se comparer avec la gloire qui va nous être révélée : tellement cette gloire sera parfaite” (Romains 8. 18). D'un côté, les difficultés, les peines, dans ce monde ; de l'autre côté, un avenir de bonheur éternel au Paradis dans un corps glorieux.

Vainqueur de Satan et du monde,
Le Fils de Dieu sort du tombeau :
Aux horreurs d'une nuit profonde
Succède le jour le plus beau.
Plus de terreurs, plus de détresse !
O vrais chrétiens, peuple racheté,
Avec une sainte allégresse,
Chantons Jésus ressuscité !

Lire la suite

La résurrection de Jésus-Christ

17 Avril 2022 Publié dans #Résurrection

"Et si Jésus-Christ n’est pas ressuscité, votre foi est sans valeur, vous êtes encore dans vos péchés" (1 Corinthiens 15. 1).

Nous sommes rachetés "par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache, prédestiné avant la fondation du monde, et manifesté à la fin des temps, à cause de vous, qui par lui croyez en Dieu, lequel l’a ressuscité des morts et lui a donné la gloire, en sorte que votre foi et votre espérance reposent sur Dieu" (1 Pierre 1. 19-20).

La résurrection de Jésus-Christ

Les Écritures présentent des preuves concluantes de la résurrection de Jésus-Christ. Celle-ci est racontée en Matthieu 28. 1-20, Marc 16. 1-20, Luc 24. 1-53 et Jean 20. 1 jusqu'à 21. 25.

Christ ressuscité apparaît aussi dans le livre des Actes (Actes 1. 1-11).

On peut tirer de ces passages plusieurs « preuves » de la résurrection. Il y a d’abord le changement radical qui a eu lieu chez les disciples, lesquels sont passés d’un groupe d’hommes effrayés qui se cachaient à des témoins forts et courageux de l’Évangile, parcourant le monde entier.

Qu’est-ce qui pourrait mieux expliquer ce changement radical que l’apparition de Jésus-Christ ressuscité ?

- Il y a eu aussi la vie de l’Apôtre Paul. Qu’est-ce qui l’a transformé de persécuteur de l’Église en Apôtre ?
- L’apparition de Christ qu’il eut sur le chemin de Damas
(Actes 9. 1-6). - Ensuite, il y a le tombeau vide : si Jésus n’était pas ressuscité, alors où son corps se serait-il trouvé ?
- Les disciples et d’autres ont vu le tombeau où il a été enseveli. Quand ils y sont retournés, son corps n’était plus là.
- Des anges ont dit aux disciples qu’Il était ressuscité des morts, comme il l’avait promis
(Matthieu 28. 5-7).
- Ses nombreuses apparitions sont une autre preuve de sa résurrection
(Matthieu 28. 5, 9, 16-17, Marc 16. 9, Luc 24. 13-35, Jean 20. 19, 24, 26-29, 21. 1 à 14, Actes 1. 6-8, 1 Corinthiens 15. 5-7).

L’importance qu’y attachaient les Apôtres est également une preuve de la résurrection de Jésus. Le passage-clé à ce sujet est 1 Corinthiens 15.

Dans ce chapitre, l’Apôtre Paul explique pourquoi il est crucial de comprendre et de croire en la Résurrection. Il nous donne les raisons suivantes : Si Christ n’était pas ressuscité, les croyants ne ressusciteraient pas non plus (1 Corinthiens 15. 12-15). Si Christ n’était pas ressuscité, son sacrifice pour le péché ne serait pas suffisant (1 Corinthiens 15. 16-19).

La résurrection de Jésus est la preuve que sa mort a été agréée par Dieu pour l’expiation de nos péchés. S’il était resté mort, cela aurait prouvé que son sacrifice n’avait pas été jugé suffisant. Par conséquent, les croyants ne recevraient pas le pardon des péchés et resteraient morts également (1 Corinthiens 15. 16-19). Il n’y aurait pas de vie éternelle (Jean 3. 16).

Mais en réalité, Jésus-Christ est ressuscité, précédant ainsi ceux qui sont morts. » (1 Corinthiens 15. 20)

Enfin, les Écritures disent clairement que tous ceux qui croient en Jésus-Christ seront ressuscités pour la vie éternelle, tout comme Lui (1 Corinthiens 15. 20-23).

1 Corinthiens 15 poursuit en expliquant comment la résurrection du Christ prouve sa Victoire sur le péché et nous donne le pouvoir de vivre une vie victorieuse (1 Corinthiens 15. 24-34), en décrivant la nature glorieuse de notre corps ressuscité (1 Corinthiens 15. 35-49) et en proclamant que, par la résurrection de Christ, tous ceux qui croient en lui ont remporté la victoire sur la mort (1 Corinthiens 15. 50-58).

 Quelle vérité glorieuse que celle de la résurrection !

« Ainsi, mes frères et sœurs bien-aimés, soyez fermes, inébranlables. Travaillez de mieux en mieux à l’œuvre du Seigneur, sachant que votre travail n’est pas sans résultat dans le Seigneur » (1 Corinthiens 15. 58). D’après la Bible, la résurrection de Jésus-Christ est clairement vraie : la Bible la raconte, mentionne 400 témoins qui l’ont vu ressuscité et base des doctrines chrétiennes cruciales sur l’historicité de sa résurrection.

Comme elles ne savaient que penser de cela, voici, deux hommes leur apparurent, en habits resplendissants. Saisies de frayeur, elles baissèrent le visage contre terre; mais ils leur dirent : Pourquoi cher chez-vous parmi les morts celui qui est vivant ? Il n’est point ici, mais il est ressuscité. Souvenez-vous de quelle manière il vous a parlé, lorsqu’il était encore en Galilée (Luc 24. 4).

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 > >>