Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Évangile est une puissance de Dieu pour le Salut de quiconque croit (Romains 1 : 16)

enfer

Deux portes, deux chemins

15 Août 2020 Publié dans #Enfer, #Paradis

« Entrez par la porte étroite, car large est la porte, et spacieux le chemin qui mène à la perdition, et nombreux sont ceux qui s'y engagent ; car étroite est la porte, et resserré le chemin qui mène à la vie, et peu nombreux sont ceux qui le trouvent » (Matthieu 7 : 13-14). 

Ces deux versets ci-dessus montrent qu'il y a deux portes et deux chemins, donc deux destinations. Le chemin large est suivi, hélas, par le grand nombre : on peut y entrer et y marcher avec ses péchés sans se repentir. Et pourtant la Parole de Dieu nous adresse un avertissement solennel, propre à faire trembler les plus insouciants ! C'est vers la « perdition » en Enfer que ces voyageurs se dirigent, souvent inconsciemment, entraînés par le dieu de ce siècle (2 Corinthiens 4 : 4).
En revanche, peu nombreux sont ceux qui ont le désir de franchir la porte étroite. Or c'est à celui qui frappe qu'il est ouvert
(Matthieu 7 : 7). Devant ceux qui entrent par la porte étroite, se trouve désormais Jésus-Christ qui est le Chemin qui mène à la vie éternelle. Mais pour entrer, il faut se repentir de ses péchés, abandonner au préalable les bagages du « moi », de la propre justice, et tous ces « fardeaux » qui encombrent si souvent nos vies. Il faut se laisser instruire par la Parole de Dieu sous la direction du Saint-Esprit. Jésus-Christ Lui-même se présente à la fois comme la porte, le chemin et la vie (Jean 10 : 9 ; 14 : 6). Ce chemin est « resserré » : il n'est pas exempt de tribulations, mais il mène à la vie éternelle. Pour ceux qui sont sauvés par Jésus-Christ en entrant par la porte et le chemin étroit, suivre le Seigneur Jésus implique être confiant, se montrer obéissant et ne pas manquer d'endurance.
Jésus Christ nous apporte le salut par la foi. Il dit : « Je suis la porte, il faut entrer par moi ». Pour nous conduire à Dieu, notre Père Céleste, Jésus-Christ a pris sur Lui le chatiment de tous nos péchés, est mort pour nous sur la croix, et ensuite Il est ressuscité, vivant éternellement. Et déjà sur la terre, nous qui avons mis notre confiance en Jésus-Christ, nous avons la vie éternelle en Lui et une place au Paradis.
Deux portes, deux chemins
Lire la suite

(1) La colère de Dieu sur ceux qui rejettent Jésus-Christ

8 Juillet 2020 Publié dans #Enfer

« Qui CROIT au Fils À LA VIE ÉTERNELLE, mais qui désobéit au Fils NE VERRA PAS LA VIE, mais LA COLÈRE DE DIEU DEMEURE SUR LUI. » (Jean 3. 36)

Rien n'est aussi sérieux pour un être humain que cela : Ou bien une destinée épouvantable en Enfer (la colère de Dieu), ou bien un destinée heureuse dans le parfait bonheur au Paradis (la vie éternelle).

Le Fils de Dieu c'est Jésus Christ, le Sauveur. Croire au Fils de Dieu, c'est croire qu'Il s'est offert en sacrifice parfait pour sauver de la perdition éternelle quiconque se confie en Lui. La conséquence tout à fait certaine et irréversible pour cela, c'est la vie éternelle.

Désobéir au Fils de Dieu, c'est refuser ou négliger de croire en Lui. Il en résulte aussi une conséquence tout à fait certaine et irréversible : la Colère de Dieu qui DEMEURE sur celui qui ne croit pas au Fils de Dieu.

La juste et sainte Colère de Dieu condamne le pécheur au châtiment ÉTERNEL en Enfer. Réalités incontournables ! Prétendre que les peines éternelles sont indignes de Dieu, c'est ignorer la Grandeur, la Sainteté et la Justice infinies du seul vrai Dieu, Celui qui s'est révélé à nous en son Fils Jésus-Christ.

Dans l'éternité, dans la présence de Dieu, tout sera pureté absolue. Un être humain y serait-il accueilli encore chargé de ses péchés ; après avoir rejeté le Fils de Dieu et l'Amour de Dieu ; après avoir méprisé les souffrances expiatoires du Christ ? Non ! Tous ceux rejettent ou négligent le Salut en Jésus seront jetés dans l'Enfer, dans l'étang brûlant de feu et de souffre « préparé pour le diable en ses anges » (Matthieu 25. 41). Oui, Jésus détruira complétement toutes les œuvres du diable (1 Jean 3. 8). Jésus-Christ le Juge, enverra en Enfer les pécheurs restés sous la domination du diable et ceux qui auront fait profession d'être chrétiens sans croire en Jésus Christ de cœur, ni sincèrement. — Mais ce n'est pas tout !

Car Dieu dit : « Est-ce que je prends plaisir à la mort du méchant ? N'est-ce pas plutôt à ce... qu'il vive ? » (Ézéchiel 18. 23)

Car DIEU EST AMOUR :

« En ceci a été manifesté l'amour de Dieu pour nous, c'est que Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui. » (1 Jean 4. 8-9)

« Dieu met en évidence SON AMOUR à lui envers nous en ceci : lorsque nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous. À plus forte raison, ayant été... justifiés par son sang, serons-nous SAUVÉS DE LA COLÈRE par lui. » (Romains 5. 8-9)

La colère de Dieu, c'est Sa parfaite Justice qui l'exige. Mais Dieu trouve ses délices dans le libre exercice de son parfait Amour, dans le rassemblement éternel des innombrables pécheurs justifiés et sauvés par la foi en Jésus Christ, lequel a dit : « Je donne ma vie pour les brebis... je leur donne la vie éternelle, et elles ne périront point, à jamais ; et personne ne les ravira de ma main… et personne ne peut les ravir de la main de mon Père. » (Jean 10. 15, 28-29)

LIRE AUSSI : (2) La parfaite sécurité des enfants de Dieu

Lire la suite

Les êtres humains dans l'éternité

26 Juin 2020 Publié dans #La mort, #Paradis, #Enfer

LA MORT DES SAINTS AVANT LA RÉSURRECTION DE CHRIST (À L'ÉPOQUE DE L'ANCIEN TESTAMENT) :

Tous les saints morts, c'est à dire ceux qui étaient morts dans la foi et l'espérance du Messie-Sauveur que Dieu avait annoncé par ses prophètes dans l'Ancien Testament, étaient dans le sein d'Abraham qui était la demeure des justes après la mort ; Et il y était heureux. Tous ces morts attendaient dans le sein d'Abraham ayant un bonheur infini. "Le pauvre mourut, et il fut porté par les anges dans le sein d’Abraham" (Luc 16. 22a).
Tous les autres, ceux qui sont morts dans l'incrédulité, attendent toujours le Jugement dernier dans le séjour des morts avec des souffrances horribles. Et ils ont pleinement conscience de l'éternité pour accentuer leurs craintes tardives de Dieu.

LE NOUVEAU TESTAMENT ET LA GRANDE VALEUR DE LA MORT ET DE LA RÉSURRECTION DE CHRIST

L'apôtre Pierre a parlé d'un épisode étrange se situant entre la mort et la résurrection de Jésus. Entre la mort de Jésus sur la croix et sa résurrection, son Esprit vivant s’est rendu auprès des esprits démoniaques liés dans le lieu de tourments du séjour des morts pour y récupérer les clés de la mort et du Séjour des morts et pour proclamer que, par sa mort, Il les a vaincus et que désormais tous les morts en Christ seraient avec Lui au Ciel dans le Paradis. "Christ est allé prêcher aux esprits en prison, qui autrefois avaient été incrédules, lorsque la patience de Dieu se prolongeait, aux jours de Noé, pendant la construction de l’arche, dans laquelle un petit nombre de personnes, c’est-à-dire, huit, furent sauvées à travers l’eau" (1 Pierre 3. 19).
Puis, l'Esprit de Jésus est allé dans le sein d'Abraham où se trouvaient les saints de la première alliance (décédés avant la venue et la résurrection de Jésus). Jésus-Christ les a libérés du sein d'Abraham et les a emmenés avec Lui dans le Ciel, dans le Paradis.
(Éphésiens 4. 8-10, 1 Pierre 4. 5-7). Le fait est que désormais, tous ceux qui meurent dans la foi en Christ, s’en vont directement auprès du Seigneur Jésus dans le Ciel, dans le Paradis.
Et les incroyants qui meurent sans Christ vont toujours dans le lieu de tourments du séjour des morts en attendant, avec d'horribles inquiétudes et tourments, le Jugement Dernier qui aura lieu à la fin des temps. "La mer rendit les morts qui étaient en elle, la mort et le séjour des morts rendirent les morts qui étaient en eux ; et chacun fut jugé selon ses œuvres. Et la mort et le séjour des morts furent jetés dans l’étang de feu. C’est la seconde mort, l’étang de feu. Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l’étang de feu (Apocalypse 20. 13-15).

LA MORT ET LE SÉJOUR DES MORTS
La première mort n’est que physique, la seconde est spirituelle et éternelle et prend place dans l’étang ardent de feu qu'est l’Enfer définitif et éternel. Tous les morts qui n’auront pas passé par la justification en Jésus durant leur vie sur la terre comparaîtront devant
le Grand Trône Blanc ; aucun ne pourra y échapper. Leurs corps que Dieu leur rendra sera spécialement conçus pour l’Enfer.

QU'ARRIVE-T-IL AU MOMENT DE LA MORT PHYSIQUE ?
"En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie" (Jean 5. 24). Un être humain qui est né de nouveau, qui est devenu une nouvelle créature en Jésus, passe de la mort à la vie. "En vérité, en vérité, je vous le dis, si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort" (Jean 8. 51).

1. Pour l’impie, "c’est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant" (Hébreux 10. 31), d’aller au-devant du jugement (Hébreux 9. 27), sans y être préparé (Luc 12. 16-21). Le pécheur peut sembler jouir longtemps de l’impunité (Psaumes 73. 3-20) ; mais son sort final montre que « le Seigneur se rit du méchant, car il voit que son jour arrive » (Psaumes 37. 13). Celui qui n’a pas accepté le pardon de Dieu « meurt dans son péché » (Jean 8. 24). Jésus enseigne par l’histoire du mauvais riche que, dès l’instant de sa mort, l’impénitent entre dans un lieu de tourments, pleinement en possession de sa conscience et de sa mémoire, séparé par un abîme infranchissable du lieu de la félicité, incapable d’être secouru et rendu entièrement responsable par les avertissements de l’Écriture Sainte (Luc 16. 19-31).

2. Pour le croyant en Jésus, la mort spirituelle (qui est la séparation d’avec Dieu), n’existe plus. Il a reçu la vie éternelle, étant passé par la foi de la mort à la vie (Jean 5. 24). Jésus déclare : « Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort ; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais » (Jean 11. 25-26). Dès sa mort, le pauvre Lazare est « porté par les anges dans le sein d’Abraham » (Luc 16. 22, 25). L'apôtre Paul peut dire : « Christ est ma vie, et la mort m’est un gain. ». Pour lui, s’en aller et être avec Christ est de beaucoup le meilleur (Philippiens 1. 21-23). C’est pourquoi, « nous aimons mieux quitter ce corps, et demeurer auprès du Seigneur » (2 Corinthiens 5. 2-9). « Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur ! » (Apocalypse 14. 13). Il ont le privilège d’entrer dans son Royaume.

Qu’est-ce que la seconde mort ? La première mort est celle par laquelle les êtres humains quittent cette terre ; la seconde mort, celle qui atteint les non-croyants en Dieu dès l'instant de leur mort physique et après le Jugement Dernier. Elle est, dans la Bible, un synonyme de l’Enfer. Deux fois, l’Apocalypse déclare que « la seconde mort, c’est l’étang de feu » (Apocalypse 20. 14 ; 21. 8). Or, dans l’étang de feu, les âmes, loin d’être anéanties, sont tourmentées jour et nuit, aux siècles des siècles (Apocalypse 14. 10-11 ; 20. 10). C’est pourquoi aussi il est question de « souffrir la seconde mort » (Apocalypse 2. 11). Cependant, le Seigneur Jésus désire, non pas la mort du pécheur, mais son salut éternel. « Pourquoi mourriez-vous ? … Convertissez-vous donc, et vivez ! » (Ézéchiel 18. 23, 31-32).

CONCLUSION
Durant l'époque de l'Ancien Testament, toutes les personnes sauvées étaient dans le sein d'Abraham ayant un bonheur infini. Personne n'est montée au Ciel avant Jésus-Christ et plusieurs ont été ressuscité avec Jésus-Christ.
Jésus, qui mourut sur la croix pour les péchés du monde, ressuscita et prit tous ceux qui étaient dans le Sein d'Abraham pour les amener dans le Ciel, dans le Paradis. Oui, ils sont maintenant dans le Paradis auprès de Jésus leur Seigneur et Roi ; et cela pour l'éternité. Depuis ce jour, à chaque fois qu'un enfant de Dieu meurt physiquement en Christ, il va directement dans le Ciel pour l'éternité, adorant et louant Dieu. Oui, Jésus-Christ par sa résurrection a vaincu la mort et nous en sommes délivrées définitivement.
Quant à tous les autres, ceux qui ont rejeté, négligé ou ignoré le seul vrai Dieu de l'Univers, ils sont, après leur mort corporelle, dans le Séjour des morts où ils subissent immédiatement leurs souffrances éternelles
(Luc 16 : 22-24), attendant le Jugement Dernier à la fin des temps, pour être jetés dans l'Enfer éternel. Tous ceux qui sont dans le lieu de tourment du séjour des morts auront une notion du temps sans pareille, de l'éternité. Rien ne passera vite, tout sera long, long, long et heure après heure et jour après jour et cela pour d'éternité en éternité dans des souffrances horribles insupportables. Ils ne pourront pas avoir de repos et ils ne pourront pas se suicider en Enfer. Ils devront endurer terriblement et éternellement la Colère de Dieu à cause de leurs péchés et pour l'arrogance qu'ils ont eu envers Dieu, Son Fils Jésus et Son Esprit-Saint. Plusieurs d'entre eux ont été avertis par un enfant de Dieu de près ou de loin mais trop occupés aux dieux de ce monde, ils ont délaissé le vrai et unique Dieu.

Lire la suite

Victoire sur la mort éternelle et sur l'Enfer

5 Mai 2020 Publié dans #Enfer

La vie terrestre et la mort du Seigneur Jésus-Christ révèlent la Victoire de l’Amour de Dieu. Cette victoire va ensemble avec la Victoire de sa Justice. Grâce à cette Victoire de l’Amour et de la Justice de Dieu, Jésus est le Sauveur unique du monde. Il est le seul qui apporte le Salut.

Mais chose surprenante, ce même Jésus parle souvent du Jugement éternel dans l’Enfer. Il en parle même plus que toute autre personne dans la Bible, y compris les prophètes de l’Ancien Testament. À la fin du livre d’Ésaïe, on trouve une prophétie sur la Nouvelle Jérusalem restaurée. Au tout dernier verset de cette péricope, les prophéties d’Ésaïe se terminent comme suit : "Et quand on sortira, on verra les cadavres des hommes criminels à mon égard ; car leur ver ne mourra pas, Et leur feu ne s’éteindra pas ; Et ils seront pour toute chair un objet d’horreur" (Ésaïe 66. 24).

Jésus a cité ces mots en Marc 9. 48, en disant au sujet de la géhenne (l’Enfer) : « où leur ver ne meurt pas, et où le feu ne s’éteint pas ». Dans d’autres textes, Jésus décrit le sort ultime de ceux qui persévèrent dans le péché comme une existence dans un lieu de ténèbres ou un feu éternel, où il y aura des pleurs et des  grincements de dents (Matthieu 8. 12 ; 13. 42 ; 18. 8-9 ; 22. 13 ; 25. 30, 41).

De toute évidence, l’annonce du jugement éternel était un élément essentiel de la prédication de Jésus-Christ, le Sauveur du monde et la révélation suprême de l’Amour de Dieu. En même temps, Jésus a proclamé à maintes reprises que tous ne seront pas sauvés. Il a parlé du Jugement éternel et de l’Enfer comme étant des réalités, qu’il faut craindre et auxquelles il faut échapper. Comment expliquer cet état des choses ? L’Amour de Dieu n’est-il pas assez grand pour sauver tous les êtres humains ? Oui, il l’est, certes, mais il n’en est pas moins vrai que la Bible nous avertit que nous ne pouvons être sauvés que par Jésus-Christ (Jean 3. 18, 36 ; 14. 6 ; Actes 4. 12). Aucune personne ne peut penser qu’elle puisse être sauvée sans croire en Jésus. Pourquoi en est-il ainsi ?

Pour trouver la réponse, il faut d’abord se rendre compte de la vision biblique de la vie et de la mort. Selon la Bible, la véritable vie est la Vie avec Dieu, en communion avec Lui. Jésus Lui-même a identifié la Vie Éternelle à la connaissance de Dieu le Père et de son Fils : « Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ » (Jean 17. 3). Cela explique pourquoi la mort est la sanction que Dieu a appliqué au péché : « tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où  tu  en  mangeras,  tu  mourras » (Genèse 2. 17 ; cf. Psaumes 90. 7-11 ; 130. 3 ; Romains 6. 23). Rompre la communion avec Dieu par la désobéissance, vouloir vivre sans Lui, c’est choisir la mort. Il s’ensuit que l’essence de la mort éternelle n’est pas la perte de la respiration à tout jamais. La vraie nature et l’horreur la plus épouvantable de la mort éternelle et de l’Enfer, c’est qu’on est exclu de la communion avec Dieu pour toujours.

Jésus-Christ, pour sa part, n’a jamais rompu la communion avec Dieu le Père. Pourtant sur la croix, Il a subi la mort dans le sens le plus profond du terme. Jésus n’a pas seulement été mort dans le sens courant du mot, lorsqu’Il fut enseveli au tombeau dans le jardin. Avant sa mort physique, Jésus a été dans des ténèbres pendant trois heures, ce qui était pour Lui un signe que Dieu – la source de la lumière – l’avait quitté. À la fin de ces trois heures, Jésus a exprimé sa douleur profonde en s’exclamant : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Matthieu 27. 45-46). Sans doute était-ce la perspective terrifiante de cette séparation de son Père céleste qui l’a rempli de tristesse et d’angoisse à Gethsémané et qui l’a fait prier : « Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi ! » (Matthieu 26. 37, 39, 42 ; Marc 14. 33, 36).

À la croix, Jésus a souffert l’essence de la mort éternelle et les horreurs de l’Enfer, puisqu’Il était abandonné du Dieu qu’Il aimait de tout son cœur. Maintenant que Jésus a ainsi subi la mort et les souffrances de l’Enfer et que Dieu l'a ressuscité d'entre les morts, la véritable vie ne peut être trouvée qu’en Lui. Tous ceux qui Le rejettent par incrédulité restent hors de la communion avec Dieu et donc dans la mort, comme Jésus l’a dit en Jean 3. 36 : « Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; celui  qui ne se confie pas au Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui ».

Ensuite, en deuxième lieu, il faut rappeler ce que nous avons vu à propos du projet originel de Dieu. Par la mort et la résurrection du Christ, Dieu a poursuivi la mise en œuvre de ce projet, sans le violer d’aucune manière. De ce fait, Dieu est resté fidèle à son intention de vivre avec les êtres humains dans une communion d’amour volontaire. Comme au début de l'humanité, Dieu veut toujours être aimé et servi par des hommes vivants, avec leur propres désirs, et non pas par des outils ou des objets morts. Pour nous, qui vivons après la mort et la résurrection de Christ, cela implique qu’il nous faut répondre par la foi à l’acte de l’Amour de Dieu manifesté dans le don de son Fils. Dieu désire vraiment avoir cette réponse, car Il est vexé du refus de ceux qui rejettent ce don d’amour par leur orgueilleuse incrédulité. Et puisque Dieu prend leur choix et leur responsabilité au sérieux, il les laisse dans les conditions qu’ils ont préférées eux-mêmes. Il les laisse continuer leur vie dépourvue de communion avec Lui ; autrement dit, Dieu les livre à la mort dans laquelle ils s’avancent par leur propre choix. En fait, la mort éternelle et l’Enfer sont l’achèvement, la destination naturelle et logique de ceux qui préfèrent rejeter l’Amour de Dieu.

En résumé, pourquoi le Sauveur unique qui est Jésus parle-t-Il si souvent de l’Enfer ? Pourquoi annonce-t-Il le jugement éternel à ceux qui Le rejettent ? Ci-dessus nous avons évoqué deux éléments de la révélation divine qui peuvent nous aider à le comprendre un petit peu mieux. Le premier est le fait qu’il n’y a pas de salut ni de vie ailleurs qu’en Jésus. Le deuxième est la décision de Dieu de nous laisser notre responsabilité, puisqu’il désire toujours être aimé d’un amour qui vient de notre cœur, et non pas d’un amour qui nous serait extorqué et qui serait par conséquent loin d’être un véritable amour.

Il va sans dire que l’exposé ci-dessus ne fournit pas une réponse qui saura nous satisfaire en tout point. De surcroît, personne n’est en mesure de formuler une telle réponse. Nous sommes des hommes créés par Dieu, et des hommes faibles et pécheurs qui plus est. En tant que tels nous pouvons poser nos questions, mais nous n’avons pas le droit de critiquer notre Créateur, qui nous déclare et nous confirme toujours son Amour, malgré notre infidélité.

Ce que nous pouvons faire alors, c’est bien écouter ce que Dieu nous a révélé, et bien saisir la bouée de sauvetage qu’il nous lance, en nous laissant avertir des conséquences de tout autre choix de notre part. Certes, nous pouvons, ensemble, essayer de comprendre cette révélation un peu mieux. Toutefois, nous ne pourrons jamais nous mettre sur le Trône de Dieu, pour décider qui sera sauvé et qui ne le sera pas. Le sort de toutes les créatures est entre ses mains. C’est Lui, le Dieu Souverain, qui prononcera un Jugement juste et équitable, pas nous. Notre vocation est de nous soumettre à son Jugement, de nous étonner du miracle de notre délivrance en Jésus et d’adorer l’Amour et la Justice de notre Dieu Sauveur, comme l’a fait l’apôtre Paul : « Ô profondeur de la richesse, de la sagesse et de la science de Dieu ! Que ses jugements sont insondables, et ses voies incompréhensibles ! » (Romains 11. 33).

Lire la suite

Ce qui se passe après la mort des êtres humains

22 Avril 2020 Publié dans #La mort, #Enfer, #Paradis

La mort est réservée à tous les hommes (Hébreux 9. 27) car elle est la conséquence de l'universalité du péché (Genèse 2. 17 ; Romains 6. 23). Il convient d'examiner séparément ce qu'il advient du corps et de l'àme du défunt.

1. Le corps
Le corps retourne à la poussière. Cependant tout être humain recevra un nouveau corps, soit à la résurrection des justes, soit à la résurrection des injustes
(Daniel 12. 2 ; Apocalypse 20. 4-6, 12-13).
"Mais quelqu'un dira : Comment les morts ressuscitent-ils, et avec quel corps viennent-ils ? Insensé ! ce que tu sèmes ne reprend point vie, s'il ne meurt. Et ce que tu sèmes, ce n'est pas le corps qui naîtra ; c'est un simple grain, de blé peut-être, ou d'une autre semence ; puis Dieu lui donne un corps comme il lui plaît, et à chaque semence il donne un corps qui lui est propre. Toute chair n'est pas la même chair ; mais autre est la chair des hommes, autre celle des quadrupèdes, autre celle des oiseaux, autre celle des poissons. Il y a aussi des corps célestes et des corps terrestres ; mais autre est l'éclat des corps célestes, autre celui des corps terrestres. ... Le corps est semé corruptible ; il ressuscite incorruptible ; il est semé méprisable, il ressuscite glorieux ; il est semé infirme, il ressuscite plein de force ; il est semé corps naturel, il ressuscite corps spirituel. S'il y a un corps naturel, il y a aussi un corps spirituel" (1 Corinthiens 15. 35-44).
Pour nous enfants de Dieu, il y a donc promesse, non seulement d'un nouveau corps, mais d'un corps bien supérieur à celui que nous avons maintenant.

2. L'âme
L'âme de tout être humain vit à perpétuité, c'est-à-dire est douée d'une existence sans fin ; pourtant sa situation diffère fondamentalement selon que la personne est croyante en Jésus ou non.

a) Les âmes des incroyants
Les âmes des incroyants entrent dans le lieu de tourment du "séjour des morts". Elles restent conscientes et sont tourmentées
(Luc 16. 23-24). Elles ne peuvent avoir accès au lieu où se trouvent les âmes des croyants (Luc 16. 26). Elles demeureront dans le séjour des morts jusqu'au jour du Jugement dernier (Apocalypse 20. 12-13) et seront alors jetées avec leurs corps dans "l'étang de feu" (Apocalypse 20. 14-15). Ce sera la seconde mort.

b) Les âmes des croyants
Les âmes des croyants en Dieu décédés avant que Jésus accomplisse son œuvre rédemptrice à la croix étaient dans le séjour des morts mais dans la partie réservée aux croyants qui est le "sein d'Abraham"
(Luc 16. 22). Ils y avaient un bonheur infini. Mais ils sont délivrés du séjour des morts, du sein d'Abraham, lors de la résurrection de Christ (Éphésiens 4. 8).
Et, maintenant après la mort, les âmes des croyants en Jésus entrent directement dans la présence de Dieu au Ciel, au Paradis
(2 Corinthiens 5. 8 ; Philippiens 1. 23-24).
Ces âmes sont conscientes
(Luc 9. 30-31), dans le repos et la joie infinis (Apocalypse 14. 13 ; Luc 16. 25 ; Luc 23. 43), elles attendent la résurrection des saints qui aura lieu au moment de l'enlèvement (1 Thessaloniciens 4. 13-17) et qui leur permettra de jouir alors pleinement des récompenses promises (Luc 14. 14 ; 2 Timothé 4. 8).

La Bible révèle solennellement la différence extrême et définitive qui existe après la mort entre l'avenir éternel de ceux qui ont refusé le salut en Jésus et l'avenir réservé à ceux qui l'ont accepté (Jean 3. 36 ; 1 Jean 5. 12).

3. L'avenir éternel des perdus :
a) Le lieu :

Les perdus passeront l'éternité dans "l'étang de feu" préparé pour le diable et ses anges
(Apocalypse 19. 20 ; 20. 10 ; 20. 12-15 ; Matthieu 25. 41). Ceux qui se sont rebellés contre Dieu et qui sont restés sous l'emprise de Satan partageront aussi l'éternité avec Satan en Enfer.

b) L'état
L'état des perdus en Enfer sera caractérisé par :
- l'éloignement conscient de Dieu
(2 Thessaloniciens 1. 9), qui les plongera dans les ténèbres (Jude 1. 13 ; 2 Pierre 2. 17),
- la souffrance
(Apocalypse 14. 10-11 ; Luc 16. 23-24) comme dans une fournaise ardente (Marc 9. 43-48 ; Matthieu 13. 42a);
- les pleurs et les grincements de dents
(Luc 13. 28);
- la tribulation et l'angoisse (Romains 2. 9);
- l'opprobre et la honte
(Daniel 12. 2);
- la fin de toute espérance car "aucun changement n'est plus possible"
(Luc 16. 26).

c) La durée :
La plus dure des réalités est que cet état n'aura jamais de fin. La Bible ne laisse aucunement entendre que la situation des perdus pourrait se modifier. Les mêmes termes sont utilisés pour désigner la durée du châtiment des perdus et la durée de la vie éternelle des sauvés
(Matthieu 25. 46). Pour tous ceux qui seront en Enfer, il est question de ruine éternelle (2 Thessaloniciens 1. 9), de honte éternelle (Daniel 12. 2), de châtiment éternel (Matthieu 25. 46), de feu éternel ou de flammes éternelles (Matthieu 25. 41), de feu qui ne s'éteint point et de ver qui ne meurt point (Marc 9. 48 ; Ésaie 66. 24), de tourments aux siècles des siècles (Apocalypse 14. 11).

4. L'avenir éternel des sauvés :
a) Le lieu
:
Pour les croyants en Jésus, Dieu a préparé une place dans le Ciel où ils seront avec Lui
(Jean 14. 2-3) :
- de nouveaux cieux et une nouvelle terre
(Apocalypse 21. 1);
- la Nouvelle Jérusalem
(Apocalypse 21. 2);
- le Paradis, un nouvel Éden
(Apocalypse 2. 7 ; 22. 1-5).

b) L'état
Les enfants de Dieu seront :
- dans la présence de Dieu
(Apocalypse 21. 3 ; 1 Thesaloniciens 4. 17) et ainsi
- dans la lumière
(Apocalypse 22. 5 ; 21. 23);
- semblable au Seigneur
(1 Jean 3. 2 ; Philippiens 3. 21);
- participant de la gloire de Dieu
(Romains 8. 17 ; 1 Pierre 5. 1);
- dans la joie
(Apocalypse 19. 7);
- hors d'atteinte des larmes, des cris, des douleurs, du deuil et de la mort
(Apocalypse 21. 4 ; Luc 20. 36);
- délivré du péché, de la souillure et du mensonge
(Apocalypse 21. 27);
- saint
(Éphésiens 5. 27 ; 1 Thessaloniciens 3. 13);
- parfait
(Jude 24 ; 1 Corinthiens 15. 42-43);
- délivré de la maladie et des infirmités
(1 Corinthiens 15. 42-43 ; Philippiens 3. 21); associé au règne de Dieu (Apocalypse 22. 5).

c) La durée
La plus merveilleuse des réalités est que ce grand bonheur n'aura jamais de fin. Dieu accorde la vie éternelle
(Jean 3. 16 ; Jean 5. 24 ; Romains 6. 23b ; 1 Jean 5. 13), le salut éternel (Hébreux 5. 9), la rédemption éternelle (Hébreux 9. 12), un héritage éternel (Hébreux 9. 15), la gloire éternelle (1 Pierre 5. 10), l'entrée dans le Royaume éternel (2 Pierre 1. 11). L'Eglise sera pour toujours avec le Seigneur Jésus (1 Thessaloniciens 4. 17), régnera avec Jésus aux siècles des siècles (Apocalypse 22. 5) et glorifiera Dieu aux siècles des siècles (Éphésiens 3. 21).

Lire la suite

(2) Conséquences pour celui qui ne reçoit pas Jésus

1 Avril 2020 Publié dans #Enfer

Conséquences présentes et à venir :

Voici les conséquences pour celui qui ne croit pas en Jésus et ne s'approprie l’œuvre parfaite de Christ sur la croix. Nous verrons les conséquences auxquelles on ne peut échapper par aucun moyen et les conséquences qui sont déjà là, sur les non-croyants, qu’ils le veulent ou non. La majorité des gens ne connaissent pas les enseignements de la Parole de Dieu et ce qu’ils réservent pour eux, ainsi que le Chemin du Salut démontré par Dieu afin d’échapper à la colère à venir.

Comme nous l’avions vu, celui qui reçoit Jésus-Christ a tout à gagner et rien à perdre (sauf sa vie charnelle). Nous allons maintenant voir que celui qui refuse de recevoir Jésus n’a rien à gagner mais il a tout à perdre. La pire chose qu’une personne peut faire dans cette vie est de ne pas croire au témoignage de la Parole de Dieu. Tout ce qu’on peut savoir sur Dieu, sur le Ciel, sur le Jugement à venir, sur la mort et sur la vie, sur le chemin à suivre pour être sauvé, vient de la Bible. Si un être humain la refuse, il ne lui reste plus rien pour le guider. Il marchera alors dans les ténèbres et il sera perdu.

1- Le péché et son salaire :

L’ensemble de la population de ce monde, depuis Adam et Eve jusqu’au dernier individu à naître sur cette terre, est née avec un âme et un corps déchu, séparé de Dieu, attiré par le péché, qui la pousse à faire le mal et à désobéir à Dieu. Pour le démontrer, tous en grandissant se sont livrés au péché et sont comme dit Romains 3. 23, séparé de la gloire de Dieu, privé de tout ce qu’Il avait préparé pour nous. Le péché est une plaie grave qui s’est attachée à toute l’humanité et qui le garde séparé de son Dieu.

"Le salaire du péché, c'est la mort" (Romain 6. 23a)
Voyez-vous une des conséquences directes du péché, c’est de nous garder dans la mort. Le mot mort signifie « séparation ». Chaque individu qui est tombé dans le péché demeure séparé de Dieu et cette situation, si elle n’est pas changée, demeurera non seulement dans cette vie, mais fera que cette personne sera séparée de Dieu pour toute l’éternité, c'est ce qui s'appelle la mort éternelle. Seule l’œuvre de Jésus-Christ peut nous redonner notre communion avec Dieu. Si un être humain dans ce monde ne croit pas en Jésus et en son œuvre, il est mort spirituellement.
"C'est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés; car si vous ne croyez pas ce que je suis, vous mourrez dans vos péchés" (Jean 8. 21-24).

Nous regarderons maintenant quelques conséquences concrètes pour celui qui ne reçoit pas l’œuvre de Jésus dans cette vie. Comme le dit Jésus dans les versets précédents « Vous mourrez dans votre péché ». La seule chose qui nous empêche d’être dans la présence de Dieu, c’est de régler la question du péché et les conséquences du péché. Si un être humain meurt dans ses péchés, il ne pourra pas aller à l’endroit où se trouve Jésus présentement (dans la Gloire de Dieu, dans la vie éternelle) et le plus grave, c'est que ce n’est pas tout.

2- L’esclavage :

Le péché lie les personnes et les maintient esclaves de Satan. Le diable fait tout pour garder les gens sous le péché parce que cela lui donne de maintenir son autorité et son pouvoir sur les gens. "Nous savons que nous sommes de Dieu, et que le monde entier est sous la puissance du malin" (1 Jean 5. 19).
Jésus est venu nous sauver de la puissance de Satan et de ses œuvres : "Je t'ai choisi du milieu de ce peuple et du milieu des païens, vers qui je t'envoie, afin que tu leur ouvres les yeux, pour qu'ils passent des ténèbres à la lumière et de la puissance de Satan à Dieu, pour qu'ils reçoivent, par la foi en moi, le pardon des péchés et l'héritage avec les sanctifiés" (Actes 26. 17-18).

La Parole de Dieu nous révèle que celui qui refuse l’œuvre de Jésus dans sa vie pour obtenir le pardon, ne peut passer dans le royaume de la lumière, dans le Royaume de Dieu. Le monde entier est tombé sous l’emprise de Satan dans le royaume des ténèbres. Nous ne choisissons pas d’entrer dans le royaume des ténèbres. Nous y sommes entrés automatiquement à la naissance. Mais pour entrer dans le Royaume de Dieu, nous devons choisir de prendre le salut offert par Dieu dans l’œuvre accomplie par Jésus.

Qu’arrive t-il a celui qui se livre au péché ? "En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché" (Jean 8. 34).
Jésus déclare que si une personne se livre au péché, elle en devient esclave. Tous les jours, le péché l’attire et à nouveau, la personne s’y enfonce et en subit les conséquences. Cela devient un cercle vicieux, plus on s’y livre, plus on en devient esclave, et plus on est esclave, plus on s’y livre. Pendant notre vie terrestre, le seul qui peut nous conduire dans toute la vérité et nous délivrer du péché c’est le Saint-Esprit. "Si vous vivez selon la chair, vous mourrez, mais si par l'Esprit, vous faites mourir vos œuvres de la chair, vous vivrez" (Romains 8. 13).

La Bible affirme que celui qui refuse de recevoir l’œuvre de Jésus, n’a aucunement le Saint-Esprit. Peu importe si les gens se disent en communion avec Dieu, s’ils ne croient pas et ne prennent pas le salut en Jésus, ils ne peuvent l’obtenir. "Car ce sont vos crimes qui mettent une séparation Entre vous et votre Dieu; Ce sont vos péchés qui vous cachent sa face Et l'empêchent de vous écouter" (Ésaïe 59. 2)

Comment un être humain peut-il sortir de cette esclavage ?
"Si vous m'aimez, gardez mes commandements. Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu'il demeure éternellement avec vous, l'Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu'il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous. (Jean 14. 15-18).
Voyez-vous que c’est par Jésus que nous recevons le Saint-Esprit et c’est Jésus que nous retrouvons dans le Saint-Esprit. Celui qui vient à Jésus reçoit le Saint-Esprit et c’est seulement grâce à Lui que nous pouvons être délivré de l’emprise du péché. Sans Jésus, nous sommes sans le Saint-Esprit et sans le Saint-Esprit, nous sommes sans Dieu dans notre vie.
"Vous étiez en ce temps-là sans Christ, privés du droit de cité en Israël, étrangers aux alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde" (Éphésiens 2. 12).

3- Et dans la vie à venir ?

Les conséquences pour celui qui ne croit pas en Jésus sont désastreuses, non seulement pour cette vie mais pour la vie à venir. Après notre mort physique, la vie ne s’arrête pas là. Il y a la vie éternelle. Il y a un seul endroit où nous pouvons vivre éternellement et c’est dans la présence de Dieu. Il y aura une vie fantastique; sans mort, sans souffrance, sans maladie, et nous régnerons avec Jésus pour l’éternité. Cela veut dire à tout jamais. Mais tout cela n’est pas pour tout le monde.
À qui cela sera-t il donné et qui en sera t-il privé ? "Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui" (Jean 3. 36).
La Bible dit dans
Apocalypse 21. 27 qu’il n’entrera dans le ciel seulement ceux dont leur nom sont écrits dans le livre de vie de l'Agneau. Personne ne peut échapper au décret de Dieu. Voyez-vous tout ce qu’une personne peut perdre en refusant Jésus-Christ dans sa vie.
Certaines personnes vous ont sûrement dit : « Quand on est mort, on reste dans la terre et on ne sortira pas. Une fois mort, tout est fini ». "Ne vous étonnez pas de cela; car l'heure vient où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix, et en sortiront. Ceux qui auront fait le bien ressusciteront pour la vie, mais ceux qui auront fait le mal ressusciteront pour le jugement" (Jean 5. 28-29).
Lisez
Luc 16. 19-31 : Après la mort, y a t-il l’anéantissement de l’être humain ? Non, il est en proie aux tourments v. 23. On a des souvenirs de notre vie passée et on souffre cruellement dans cette flamme v. 24.

Vous vous demandez sûrement où vont aller tous ces gens qui ne croient pas en Jésus. Ce dernier verset démontre la plus grande tragédie qui puisse arriver à un être humain pécheur non-sauvé, c'est le Jugement de Dieu. Ressuscités pour passer au Tribunal de Dieu, tous ceux qui passeront à ce jugement ce seront ceux qui ne seront pas inscrits dans le livre de vie de l’Agneau parce qu’ils n’auront pas cru en Lui. La condamnation est terrible.

Lisez Apocalypse 20. 11-15.
Qui se trouvèrent debout devant le Trône ? - Les morts, les grands et les petits. verset 12.
Pourquoi était-il devant le Trône ? - Pour être jugés selon leurs œuvres, d'après ce qui était écrit dans ces livres. verset 12.
Où furent jetés ceux qui n’étaient pas inscrits dans le livre de vie ? - Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l'étang de feu. verset 15.

La Bible nous parle des dizaines de fois de ce lieu de perdition qui s’appelle l’étang de feu, lac de feu, géhenne, ou feu éternel, lieu où il y aura des pleurs et des grincements de dents, lieu de ténèbres, où les gens ne verront plus la vie. Personne ne pourra plus jamais sortir de ce lieu. C’est le sort final de tous ceux qui meurent dans leurs péchés.

Pour quel but fut créer l’étang ardent de feu ? Il fut créer pour le diable et pour ses anges (Matthieu 25. 41).
Que comprenons-nous sur ce lieux ? Et le diable, qui les séduisait, fut jeté dans l'étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète. Et ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles (Apocalypse 20. 10).

Que déclare jésus a propos de ce lieu ? "Or, je vous déclare que plusieurs viendront de l’orient et de l’occident, et seront à table avec Abraham, Isaac et Jacob, dans le royaume des cieux. Mais les fils du royaume seront jetés dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents" (Matthieu 8. 11-12).

Oui, la Bible nous dit : "Et ceux–ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle" (Matthieu 25. 46).
Mes amis, comprenez tout ce qui vient d’être dit dans cette leçon. Dieu ne veut pas que vous alliez dans ce lieu de perdition. Il veut vous avoir avec Lui dans son Ciel. En son Fils Jésus, Dieu a payé le prix de votre dette du péché. Il les a expiés. Vous pouvez aujourd’hui même être libérés et purifiés de tous vos péchés et vous n’aurez pas à subir ce qui à été annoncé dans la Parole de Dieu. Si vous ne l’avez pas encore fait, priez le Seigneur Jésus et donnez-Lui votre vie et vous serez sauvés pour l'éternité.

Lire la suite

L'au-delà : une évidence

28 Mars 2020 Publié dans #La mort, #Enfer, #Paradis

"Jésus leur répondit : Vous êtes dans l'erreur, vous ne connaissez pas les Écritures ni la puissance de Dieu" (Matthieu 22. 29). "Même si Christ a été crucifié en faiblesse, néanmoins il vit par la puissance de Dieu" (2 Corinthiens 13. 4). "Christ a été ressuscité d'entre les morts par la gloire du Père" (Romains 6. 4).

Celui qui parle de l'au-delà avec des non-croyants se heurte souvent à un sourire sceptique, un haussement d'épaule, ou encore à une réplique.
Nous aussi enfants de Dieu, nous pourrions sourire devant ceux qui s'imaginent que tout est sorti du néant, et s'est organisé tout seul. Mais ne sourions pas. Car c'est le Seigneur Dieu qui nous éclaire quand nous lisons sa Parole, et qui nous donne avec certitude l'espérance de la Vie Éternelle. Maintenant nous désirons rester humbles, et témoigner de sa bonté, de son amour et de sa miséricorde.
Au temps où Jésus-Christ vivait sur la terre, certaines personnes niaient la résurrection et même le monde spirituel. Comment Jésus leur a-t-il répondu ? En citant le témoignage de la Bible et en affirmant la Puissance sans limite de Dieu. Jésus a aussi expliqué qu'après la mort, il existe "un grand gouffre"
(Luc 16. 26) entre les "sauvés" et les "perdus", de telle sorte qu'il est impossible d'aller de l'un vers l'autre, et de prévenir ceux qui sont encore en vie sur la terre. Seul le témoignage des Saintes Écritures, c'est à dire de la Bible, est là pour nous instruire. Se repentir et croire la Parole de Dieu nous place par l'oeuvre parfaite de Jésus-Christ du côté des sauvés, du coté des enfants de Dieu. Il n'existe pas d'autres solutions. Si durant sa vie sur la terre un être humain refuse de croire et de placer sa confiance en Jésus-Christ le seul Sauveur, il reste sur ses doutes, sur sa tristesse et subira après la mort la terrible Colère de Dieu, un malheur éternel en Enfer. Si par contre un être humain croit et met sa confiance dans le seul vrai Dieu qui s'est révélé en son Fils Jésus-Christ notre Sauveur, alors il goûte la paix et l'espérance ici-bas et ira dans le vrai bonheur éternel au Paradis, dans la Gloire de Dieu où règne l'amour, la paix, la joie infinies...

Ce n'est pas un raisonnement qui nous convaincra de l'existence de l'au-delà ; c'est une question de foi. Il faut s'incliner devant la Grandeur de Dieu notre Créateur, reconnaître nos limites, et accepter de L'écouter, Lui le seul vrai Dieu qui s'est révélé à nous en Jésus-Christ et qui nous parle clairement de l'au-delà.

Lire la suite

La réalité de l'Enfer et du Jugement

27 Février 2020 Publié dans #Enfer

Jésus-Christ affirme que la réalité du Jugement et de l’Enfer constitue un véritable sujet d’inquiétude. Quant à « craindre » quelque chose ou quelqu’un, il vaut mieux craindre Dieu, Celui qui tient entre ses mains notre destinée éternelle : « Craignez celui qui a le pouvoir de jeter dans la géhenne » (Luc 12. 5).

L'Enfer : Une source de réflexion

Cet enseignement soulève de nombreuses questions pour plusieurs d’entre nous. L’idée qu’un Dieu d’amour puisse envoyer des individus dans un lieu de tourments infinis est difficile à comprendre. Qu’en est-il de la paix, de l’amour et de la compassion ? À quoi Jésus pensait-Il en tenant de tels propos ? La réponse est simple et fondamentale. Jésus enseigne que chaque être humain a une destinée éternelle et passera l’éternité dans l’un ou l’autre de ces deux lieux (dans le Paradis ou dans l'Enfer). Dans ces versets, Jésus insiste sur ce que les Écritures appellent l’Enfer. Ses paroles incitent à la réflexion. Jésus affirme que chaque être humain qui ne croit pas en Lui, a une raison légitime d’être profondément inquiet et angoissé quant à son avenir éternel. Jésus dit cela parce qu’il nous aime.

L’Enfer : une réalité généralement rejetée par notre société

En dépit de la corruption évidente en nous et de la mort présente partout autour de nous, les êtres humains ont tendance à nier leur propre finitude et la réalité de la mort. Ils sont même passés maîtres dans l’art de nier ou d’étouffer le fait qu’ils vivent dans un monde moral créé par un Dieu personnel et parfait, à qui chacun devra rendre compte. Cette vérité est énoncée dans des termes très simples dans les Écritures : « […] il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement […] » (Hébreux 9. 27). Cette manière de penser n’est pas très répandue de nos jours. La plupart des gens comptent échapper au Jugement ou ils ont complètement éradiqué cette croyance de leur esprit et la traitent comme la relique dépassée d’une superstition culturelle, fausse et culpabilisante.

Or, l’Être le plus aimant qui ait vécu sur la terre, c’est-à-dire Jésus, est aussi celui qui, dans la Bible, parle le plus souvent de la réalité de l’Enfer (voir Luc 13. 22-28 ; Matthieu 13. 47-50 ; Matthieu 25. 30, 46).

Jésus atteste l’existence réelle d’un lieu au-delà de la mort où l’on est complètement séparé de Dieu : c'est l’Enfer, un lieu horrible avec une condition irréversible. Dans un sens littéral, le terme « enfer » désigne une décharge située à l’extérieur de Jérusalem où les cadavres et les ordures brûlaient jour et nuit. En hébreu, ce lieu porte le nom de « géhenne ».

Le bien-fondé de l’Enfer

Jésus-Christ parle de l’Enfer sans détour, et cela est salutaire pour nous. Car sans l’honnêteté de la Bible, nous pourrions supposer que tout va bien et que nous n’avons pas à nous inquiéter quant à l’éternité. Mais Jésus nous aime trop pour nous laisser dans l’ignorance. Notre délivrance de l’Enfer lui importe plus que notre tranquillité d’esprit.

Pour quelle raison Jésus tient-Il absolument à enseigner à ce sujet ? D’abord, l’existence de l’Enfer nous rappelle que Dieu s’est engagé à régler tous les torts et toutes les injustices commises au cours de l’histoire de l’humanité. Le jour viendra où chacun devra rendre compte à Dieu. Aucune œuvre mauvaise n’échappera à son Jugement et ce Jugement sera en complète harmonie avec son caractère. Sachons que Dieu qui est Amour est également Juste, Compatissant et Parfait.

En outre, la nature même de l’Enfer entre en ligne de compte. Avez-vous déjà réfléchi au fait que tous les êtres humains qui vont en Enfer choisissent eux-mêmes l’Enfer comme destination ? Ce lieu dépourvu de l’Amour de Dieu est réservé à ceux qui choisissent de vivre sans l’Amour de Dieu en Jésus durant leur vie sur la terre. L’existence de l’Enfer révèle, en réalité, la trajectoire finale de la vie d’une personne chargée de ses propres péchés et qui est déterminée à vivre pour elle-même.

Le but de l’enseignement de Jésus sur l’Enfer

Jésus-Christ veut nous donner un sujet légitime d’inquiétude causé par nos péchés ! Le jour viendra où chaque être humain se présentera devant le seul Dieu de l’univers qui est trois fois Saint pour Lui rendre compte de ses actes. L’existence de l’Enfer n’est pas une doctrine sans valeur d’un christianisme que les non-croyants estiment ancien et dépassé. Mais, sachant que nous avons péché, l’Enfer est une réalité qui devrait nous causer une angoisse profonde, nous garder éveillés, et nous pousser à nous repentir en plaçant toute notre confiance en Jésus. Sachons que notre destinée finale à cause de tous nos péchés serait l’Enfer si nous n'étions pas sauvés par le moyen de notre foi en Jésus. Désormais, ce ne sera plus le cas pour nous enfants de Dieu, mais autrefois sans Jésus, la destination pour l'Enfer était réelle.

La bonne nouvelle à propos de l’Enfer

L’enseignement de Jésus sur l’Enfer contient-il au moins une bonne nouvelle ? Bien sûr ! Jésus révèle un sujet d’inquiétude réelle causé par nos péchés, mais Il donne également le moyen d’en être délivré une fois pour toutes. Jésus expose son enseignement sur l’Enfer, mais Il ajoute du même souffle les préceptes de la bonne nouvelle de la grâce rédemptrice de Dieu. Jésus ne veut pas que nous finissions comme l’homme riche, c'est pourquoi Il rappelle à ses auditeurs que Dieu se soucie d’eux et qu’Il aime son peuple bien plus qu’Il n’aime les passereaux. Dieu nous connaît au point de compter le nombre de cheveux sur notre tête ! Il affirme enfin que le pardon des péchés se trouve à notre portée. Jésus affirme clairement ceci : "Je vous le dis, quiconque se déclarera publiquement pour moi, le Fils de l’homme se déclarera aussi pour lui devant les anges de Dieu" (Luc 12. 8).

Comprenons-nous le sens de ces paroles ? Les mêmes anges qui jetteront les méchants en Enfer (Matthieu 13. 47-50) accueilleront également dans la présence de Dieu ceux qui auront reconnu que Jésus-Christ est le Roi éternel, Souverain et Sauveur.

Revenons à l’épître aux Hébreux citée brièvement auparavant : "Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement, de même Christ, qui s’est offert une seule fois pour porter les péchés de beaucoup d’hommes, apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l’attendent pour leur salut" (Hébreux 9. 27-28). En d’autres termes, la Venue de Jésus avait pour but de résoudre deux problèmes : l’angoissante réalité du Jugement de Dieu sur le péché et la nature horrible de l’Enfer. Jésus explique ce qu’on doit craindre, puis Il enlève la nécessité de s’inquiéter. Grâce à Jésus, Il est donc très bien possible d’être délivré de toutes ces inquiétudes concernant la mort et l’Enfer.

Lire la suite

Deux destinées éternelles pour les êtres humains (1)

21 Janvier 2020 Publié dans #La mort, #Enfer

D’après la Bible, il n’existe que deux destinées éternelles : Le Paradis et l'Enfer. Les deux sont à la gloire de Dieu. L'Enfer glorifiera sa Justice parfaite, le Paradis glorifiera sa Grâce incomparable. Matthieu 25. 34, 41 : “Le roi dira à ceux qui seront à sa droite: Venez, vous qui êtes bénis de mon Père; recevez en héritage le royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde… Il dira à ceux qui seront à sa gauche : Retirez-vous de moi, maudits, allez dans le feu éternel préparé pour le diable et pour ses anges.”

Jésus, l'unique Sauveur du monde, n’a pas hésité à prêcher sur l’Enfer, pour révéler le péché, inspirer la crainte de Dieu et enlever toute fausse sécurité chez ses auditeurs. “Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l’âme, craignez plutôt celui qui peut faire périr l’âme et le corps dans la géhenne.” (Matthieu 10. 28). Oui, Dieu a le pouvoir de soumettre le corps et l’âme à des tourments éternels effroyables. Cette pensée est souvent difficile à supporter par nos faibles esprits humains au point qu'il y a ceux qui disent : Y a-t-il réellement un enfer ? Dieu peut-il vraiment envoyer des gens en enfer pour toujours ? Oui, la Bible nous l’attestent avec force, malgré toutes les objections que les êtres humains y ont opposé. Satan fait tout ce qu’il peut pour empêcher les êtres humains de penser à l’Enfer ou pour les convaincre que l’Enfer n’existe pas, afin de les garder le plus possible dans le péché, sans craindre la mort et le Jugement à venir. Jésus a dit aux pharisiens : “Comment fuirez-vous la condamnation de la géhenne ?” (Matthieu 23. 33). Prêcher sur l’Enfer, avec tact et discernement, est nécessaire, avec l’espoir d’amener les gens à la repentance et de leur présenter les délices de la grâce de Dieu en Jésus-Christ, avant qu’il soit trop tard, car un jour il sera trop tard pour tous ceux qui négligent ou n'acceptent pas le Salut en Jésus-Christ !

1) La destinée de ceux qui rejettent le Salut en Jésus-Christ :

Qu’est-ce que l’Enfer ? C’est l’endroit où Satan, ses anges et les pécheurs non repentants feront l’expérience de la complète et parfaite colère de Dieu. Aujourd’hui, la colère de Dieu se manifeste de diverses façons dans le monde, mais elle est partiellement retenue par sa patience et elle est diluée par diverses bénédictions que Dieu accorde aux justes et aux injustes. Un jour viendra où la Colère de Dieu se déversera à pleine capacité sur tous ceux qui ne se sont pas repenti en croyant et en se confiant en Jésus-Christ. Ils “seront rendus immortels pour être tourmentés dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges” (Matthieu 25 : 41). Ceux qui auront choisi d'aller en enfer en ne croyant pas en Jésus, continueront d’exister dans leurs corps et âme, dans un lieu effroyable de tourments sans fin. Le corps souffrira des douleurs corporelles plus intenses que toutes souffrances physiques actuelles. L’âme souffrira des angoisses morales et psychologiques pires que toutes celles qu’il est possible de souffrir sur cette terre. Jésus décrit ce lieu comme étant “les ténèbres du dehors”, sans le moindre filet de lumière pour adoucir leur existence. Ces souffrances seront perpétuelles, éternelles, “où leur ver ne meurt pas et ou le feu ne s’éteint pas” (Marc 9. 48). Il nous est presque insupportable de penser, ne serait-ce que quelques instants, à cette destinée éternelle, tellement elle est terrifiante. Nous ne pouvons pas nous réjouir à l’idée que des proches pourraient subir un tel sort. En même temps, nous pouvons nous consoler et même nous réjouir du fait que Dieu est parfaitement Juste, que les croyants persécutés tout au long de l’histoire seront vengés et que Dieu sera glorifié par ce jugement.

À SUIVRE... / CLIQUEZ ICI

Lire la suite

Courir vers le précipice

5 Janvier 2020 Publié dans #La mort, #Enfer, #Paradis, #Salut

“Nous courons sans souci vers le précipice, après avoir mis quelque chose devant nous pour nous empêcher de le voir” (Blaise Pascal).

Quel est ce précipice sinon la mort, terme de la vie de tous les êtres humains ? Nos idées de la mort et nos projets sont autant d'écrans qui nous masquent cette échéance. Quelqu'un disait de l'un de ses proches : “Il vit comme s'il ne devait jamais mourir”.

Avoir des projets à tout âge est un signe de bonne santé psychologique. Pourtant, il ne faut pas que les buts que nous poursuivons aujourd'hui nous empêchent de penser à notre sort éternel. Au contraire, il serait sage de s'interroger sur l'au-delà. Dieu seul le connaît et peut nous en parler. Il le fait dans la Bible, et nous montre très clairement ce qui attend les êtres humains après leur mort. Pour ceux qui auront refusé ou négligé le parfait salut que Dieu offre en Jésus Christ : un jugement définitif et des tourments sans fin les attendent en Enfer. Pour ceux qui ont accepté Jésus-Christ dans leur vie comme seul Seigneur et Sauveur personnel et se sont confiés en Lui : un bonheur éternel et parfait au Ciel, au Paradis, les attend dans la compagnie de Jésus, leur Sauveur.

“Dieu... veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité” (1 Timothée 2. 4). Nous êtres humains, notre vie nous est donnée pour que nous puissions avoir une relation personnelle et vivante avec Dieu notre Créateur, et vivre pour Lui pendant notre vie sur terre. Un jour, nous rencontrerons le seul vrai Dieu notre Créateur qui s'est révélé à nous en Jésus-Christ. Rencontrerons-nous le Seigneur Jésus-Christ comme étant déjà notre Sauveur ou sera t-il notre Juge ? Dieu nous a prolongé la vie jusqu'à maintenant parce que sa Grâce nous attend.

L'autruche, dit-on, cache sa tête dans le sable pour ne pas voir le danger. Que ce ne soit pas notre cas. Que l'au-delà ne soit plus un précipice inconnu auquel nous refusons de penser. Croyons à l'Amour parfait de Jésus-Christ qui est mort sur une croix et qui est ressuscité pour nous sauver de la mort éternelle, acceptons son pardon, et nous pourrons alors attendre sans crainte l'éternité avec Lui dans le Ciel.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 > >>