Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Évangile est une puissance de Dieu pour le Salut de quiconque croit (Romains 1 : 16)

La croix de Jésus nous sauve de notre ancienne vie

28 Septembre 2020 Publié dans #La croix

Le Seigneur Jésus-Christ n’est pas mort sur la croix simplement pour expier nos péchés, ce qui est déjà glorieux ! Mais l’œuvre qu’Il a accomplie à la croix est bien plus large, puisque c’est là que notre Seigneur a réglé tous les problèmes que la chute avait entraînés. Tant que nous n’aurons pas réellement compris tout ce qui s’est passé à la croix, nous ne pourrons pas marcher sur cette terre comme Dieu le veut.

Ce qui s’est passé à la croix du Calvaire est au cœur et au centre de toute la Parole de Dieu ! C’est là qu’ont été réglés tous les problèmes entraînés par la chute, depuis Adam et Eve. C’est aussi à partir de là que peut pleinement s’accomplir tout le plan de Dieu pour l’humanité.

La croix est la porte spirituelle unique et obligée entre le royaume de Satan et le Royaume de Dieu. Tous ceux qui veulent quitter le royaume de Satan pour entrer dans le Royaume de Dieu doivent passer par la croix. Mais, bien plus encore, tous ceux qui veulent marcher sur cette terre comme Jésus y a marché doivent pleinement comprendre tout ce qui s’est passé à la croix.

Que le Seigneur Jésus nous donne un esprit de sagesse et de révélation, dans Sa connaissance, et qu’Il ouvre les yeux de notre entendement, pour que nous sachions tout ce que Dieu veut que nous sachions.

Au début de la création de l’Univers et de l’être humain, tout était parfait. « Dieu vit tout ce qu’il avait fait et voici, cela était très bon » (Genèse 1. 31). Mais la désobéissance d’Adam et d’Eve entraîna une catastrophe absolue. Ils passèrent en un instant de la Lumière aux ténèbres, de la Vie éternelle à la mort. « C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché… » (Romains 5. 12). Dans ce verset est décrite la situation dans laquelle se trouve toute l’humanité.

« Le péché est la transgression de la loi » (1 Jean 3. 4). En langage simple, le péché, c’est le fait de désobéir à la Parole de Dieu. Dès que le péché est entré dans le monde, dès qu’il a été commis, il a ouvert la porte à la mort. Mais il ne s’agit pas de la mort physique. Il s’agit de la mort spirituelle, c’est-à-dire d’une séparation complète entre l’être humain et Dieu.
Que s’est-il passé quand Adam et Eve ont été séparés spirituellement de Dieu ? Ils furent coupés de la source de la Vie éternelle, pour tomber sous la domination de la mort spirituelle, qui est la nature même de Satan.
Leur esprit fut instantanément plongé dans la mort spirituelle, mais ils ne sont morts physiquement que des centaines d’années plus tard.
Leur esprit, c’est-à-dire leur « homme intérieur, » leur véritable nature, cessa en un instant d’être participant de la nature divine, pour devenir participant de la nature de Satan. Autant la Vie éternelle est la nature même de Dieu, autant la mort spirituelle est la nature même de Satan.

Or la nature de Satan est, dans tous les domaines, le contraire absolu de la nature de Dieu. Autant Dieu est Amour parfait, autant Satan est Haine absolue. Autant Dieu est Joie parfaite, autant Satan est Tristesse absolue. Autant Dieu est Paix parfaite, autant Satan est Terreur absolue. Autant Dieu est Sainteté parfaite, autant Satan est Impureté absolue. Autant Dieu ne pense qu’à faire du Bien, autant Satan ne pense qu’à faire du mal. Autant Dieu désire donner Sa Vie avec abondance, édifier et consoler, autant Satan ne désire que transmettre sa mort, dérober, égorger et détruire. (Jean 10. 10).

Nous devons bien comprendre que la mort, qui est entrée dans l’humanité avec la désobéissance, est un jugement de Dieu sur le péché. Dans la mort sont inclues toutes les malédictions possibles et imaginables, que Dieu, dans Sa justice, a réservées à ceux qui violeraient Sa Parole.

Voici ce qui est écrit dans Deutéronome 28. 15 : « Mais si tu n’obéis point à la voix de l’Éternel, ton Dieu, si tu n’observes pas et ne mets pas en pratique tous ses commandements et toutes ses lois que je te prescris aujourd’hui, voici toutes les malédictions qui viendront sur toi et qui seront ton partage ».
Il s’ensuit une liste de 150 malédictions qui touchent tous les domaines de l’existence humaine. Parmi ces 150 malédictions figure une liste de 20 maladies physiques ou mentales. Et cette liste se termine ainsi, au verset 61 : « Et même, l’Éternel fera venir sur toi, jusqu’à ce que tu sois détruit, toutes sortes de maladies et de plaies qui ne sont point mentionnées dans le livre de cette loi ».

Ainsi, la mort, conséquence du péché, a entraîné plusieurs conséquences désastreuses :
– La mort spirituelle de notre esprit.
– Le contrôle de notre âme et de notre corps par une puissance de péché et de mort.
– Le déversement, dans tous les domaines de notre existence, de la malédiction, conséquence du péché.

A partir de la chute d’Adam et d’Eve, aucun de leurs descendants n’a pu échapper au contrôle de la loi du péché et de la mort, loi qui nous a tous plongés dans la mort spirituelle.

C’est Dieu qui crée l’esprit de tout être humain, au moment où il est conçu dans le sein de sa mère. Dans Hébreux 12. 9, Dieu est appelé « le Père des esprits ». Cet esprit que Dieu crée, à la conception de tout être humain, est pur et parfait, comme tout ce que Dieu crée. C’est pour cela que l’esprit d’un bébé qui meurt dans le sein de sa mère, ou en bas âge, ne va pas en enfer, mais est accueilli au Paradis de Dieu.
Mais cet esprit reçoit un corps physique hérité de ses parents terrestres. Et, dans ce corps physique, est présente la loi universelle de péché et de mort. En grandissant, le petit enfant, confronté aux commandements de Dieu, ne peut résister à la puissance de péché et de mort qui agit dans ses membres. Il pèche alors consciemment, et il tombe dans la mort spirituelle. C’est alors qu’il devra passer par une nouvelle naissance spirituelle pour être sauvé.

Paul explique cela dans le passage suivant : « Pour moi, étant autrefois sans loi, je vivais; mais quand le commandement vint, le péché reprit vie, et moi je mourus. Ainsi, le commandement qui conduit à la vie se trouva pour moi conduire à la mort. Car le péché saisissant l’occasion, me séduisit par le commandement, et par lui me fit mourir » (Romains 7: 9-11).

Quand est-ce que Paul était « sans loi » ? Lorsqu’il était un tout petit enfant, encore innocent. Quand il dit qu’il « vivait », il parle de la vie éternelle. Mais quand il fut assez grand pour comprendre le commandement et lui désobéir, il tomba alors dans la mort. Paul parle évidemment de la mort spirituelle, puisqu’il a continué à vivre physiquement. Le premier péché conscient qu’il commit le fit mourir spirituellement.

C’est ainsi que tous les êtres humains sont tombés dans la mort spirituelle, parce tous ont péché. La mort a régné depuis Adam jusqu’à Moïse. A partir de Moïse, le peuple d’Israël a pu bénéficier d’une Loi prévoyant des sacrifices de sang, qui permettaient de couvrir le péché, mais ne le faisaient pas disparaître. Et le péché a continué à régner sur tout le reste de l’humanité, jusqu’à la venue de Jésus-Christ.

Jusqu’à Christ, il était toutefois possible aux êtres humains de recevoir le salut, mais seuls pouvaient le recevoir ceux qui se repentaient de leurs péchés et qui invoquaient la grâce du seul vrai Dieu, le Dieu d’Israël. Le Seigneur leur faisait alors bénéficier par avance de ce que le sacrifice de Christ allait accomplir pour eux.
C’est ainsi que Abraham, ayant entendu la voix du Vrai Dieu, a abandonné ses idoles pour se tourner vers ce Vrai Dieu, croire en Lui et Lui obéir. C’est par là qu’il fut déclaré juste. « Car que dit l’Écriture ? Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice » (Romains 4. 3). Cela signifie que ses péchés ont été effacés, et que la Justice de Dieu fut portée sur son compte.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article