Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Évangile est une puissance de Dieu pour le Salut de quiconque croit (Romains 1 : 16)

(1) La mort et les âmes des êtres humains dans l'éternité

17 Mai 2022 Publié dans #La mort, #Enfer

La Bible enseigne dès ses premières pages que la mort est une conséquence tragique de la chute de nos premiers parents (Adam et Ève). Ainsi, nous apprenons que cet acte de désobéissance a fatalement amené le péché et la mort dans le monde. Il a ainsi entraîné l'humanité dans la mort, et la création dans « l'asservissement de la corruption » (Romains 8. 21-22). Car « Le salaire du péché c'est la mort » (Romains 6. 23) ; et « Par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et ainsi la mort a passé sur tous les hommes, parce que tous ont péché » (Romains 5. 12-14).
Nous reconnaissons ainsi l'universalité du péché et de la mort qui atteint tous les êtres humains. Personne n'y échappe. La mort est irréversible et elle scelle définitivement le sort de chaque être humain. Les meilleurs soins, les cures de santé et la science la plus avancée, ne pourront jamais éliminer la mort physique.

La mort spirituelle :
Depuis la chute (le péché d'Adam et d'Ève), chaque être humain qui n'est pas né de nouveau est mort spirituellement (séparé de Dieu son Créateur). Cela veut dire que l'être entier de l'être humain est corrompu. Il est loin de Dieu, et son intelligence est enténébrée quant à la connaissance de Dieu : « Morts dans vos fautes et dans vos péchés; morts dans nos fautes » (Éphésiens 2. 1, 5) ; « Ils ont la pensée obscurcie, ils sont étrangers à la vie de Dieu à cause de l'ignorance qui est en eux et de l'endurcissement de leur coeur » (Éphésiens 4. 18).

La mort physique :
La mortalité du corps humain est la conséquence de la mort spirituelle de l'être humain depuis sa chute au jardin d’Éden : « Le salaire du péché, c'est la mort » (Romains 6. 23) ; « Il est réservé aux hommes de mourir une seule fois - après quoi vient le jugement » (Hébreux 9. 27). Le corps se décompose et retourne à la poussière : « Tu es poussière et tu retourneras à la poussière » (Genèse 3. 19).
C'est Dieu qui tient tout en main, même le jour de notre mort : « Tu leur retires le souffle; ils expirent et retournent dans leur poussière » (Psaumes 104. 29).
La Bible enseigne que la mort est un jugement de Dieu, une conséquence de la désobéissance d'Adam et Ève au jardin d’Éden. Nous avons tous péché et nous sommes tous « dignes de mort » (Romains 1. 32) et « le jugement d'une seule faute, aboutit à la condamnation » (Romains 5. 17). La mort est « le roi des terreurs », le terme ultime vers lequel nous marchons tous, selon
Job 18. 14. Elle est le signe de la défaite de notre humanité, et s'est constituée comme notre suprême ennemie (1 Corinthiens 15. 26). C'est pourquoi Jésus-Christ le Sauveur l'a attaquée de front, triomphant éternellement de ses liens par sa Résurrection et par la Vie impérissable qu'Il réserve à tous ceux qui Lui appartiennent. Oui « Celui qui croit en Jésus est passé de la mort à la vie » (Jean 5. 24) et a vaincu la mort.

Quand notre corps meurt et que notre âme s'en va :
L'être humain est un être tripartite : corps, âme et esprit
(1 Thessaloniciens 5. 23). Un être humain va continuer son existence après la mort de son corps humain jusqu'à sa résurrection au Retour de Jésus, soit pour la vie éternelle au Ciel, soit pour la mort éternelle en Enfer :
- Le corps humain, dépouille mortelle, est appelé à retourner à la poussière. Genèse 3. 19 et Ecclésiaste 12. 7 : « la poussière retourne à la terre ».
- L'âme (et l'esprit), séparée du corps, s'en va dans un lieu appelé « séjour des morts », qui est une sorte de salle d'attente pour la résurrection des corps. En
Luc 16. 19-31, le séjour des morts est caractérisé par une séparation infranchissable entre le lieu de tourments où se trouvent les perdus ; et le sein d'Abraham (lieu de pleine sécurité et de bonheur infini) où se trouvaient les croyants en Dieu ayant vécu avant la Venue, la mort et la résurrection de Jésus-Christ. Mais depuis la résurrection de Jésus, tous ceux qui étaient dans le Sein d'Abraham et tous ceux qui, étant enfants de Dieu par le moyen de la foi en Jésus, meurent en Christ, sont tous maintenant avec Jésus-Christ dans le Ciel, dans le Paradis. Oui ils sont dans leur patrie céleste contemplant les merveilles de la Gloire de Dieu, louant Dieu, attendant la résurrection de leur corps qui aura lieu au Retour de Jésus-Christ. Oui, c'est certain que, après avoir quitté cette terre, les âmes des justes comme celles des injustes continuent d'exister éternellement et sont conscientes.
- L'esprit retourne à Dieu qui l'a donné (Ecclésiaste 12. 7; Actes 6. 59).

A) LES ÂMES DES NON-CROYANTS EN JÉSUS-CHRIST :
Dans leur état intermédiaire, les âmes des non-croyants en Jésus (des perdus) entrent dans le « séjour des morts »
(Ézéchiel 32. 21), et elles sont conscientes. Le « séjour des morts » est un lieu de ténèbres et de tourments qui fait souffrir leur âme constamment, consciemment, irrémédiablement et horriblement.

Dans leur état final :
Les âmes des non-croyants en Jésus restent dans le « séjour des morts » jusqu'au jour du Jugement dernier où aura lieu la résurrection des injustes. Ils seront jugés « selon leurs œuvres » et jetés dans « l'étang de feu » qui est l'Enfer éternel. Voir dans Apocalypse 20. 11-15.
Oui, lorsque Jésus reviendra pour juger et condamner tous ses ennemies, les non-croyants en Jésus ressusciteront, seront jugés devant le grand Trône blanc et jetés dans « l'étang de feu...où brûle le souffre » (Apocalypse 20. 15 ; 19. 20), dans l'Enfer. La Bible appelle ce lieu de tourment la « Géhenne » (Matthieu 5. 22), qui signifie « Vallée de Hinnom » qui, au sud de Jérusalem, était devenue l'endroit où l'on brûlait toutes sortes de déchets, si bien que le feu y était continuel.
L'Enfer est aussi l'endroit où « le ver ne meurt pas et où le feu ne s'éteint pas » (Ésaïe 33. 14 ; Marc 9. 48). Il implique une séparation éternelle d'avec Dieu. Dieu leur dira : « Retirez-vous de moi, maudits, allez dans le feu éternel préparé pour le diable et pour ses anges » (Matthieu 25. 41 ; 7. 3). Ce sort final des perdus (des ennemis de Dieu) en Enfer est éternel, aussi permanent que la félicité des enfants de Dieu au Paradis : « Ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle » (Matthieu 25. 46).
Cet état définitif est appelé « étang de feu - seconde mort » (Apocalypse 20. 14). « La mort et le séjour des morts furent jetés dans l'étang de feu » (Apocalypse 20. 14). Et ce sera la séparation définitive d'avec Dieu, le lieu de tourments sans fin, celui des remords, « des pleurs et des grincements de dents" (Matthieu 8. 12 ; 13. 42, 50 ; 22. 13 ; 24. 51 ; 25. 30). « Ils seront tourmentés jour et nuit aux siècles des siècles » (Apocalypse 14. 10 ; 20. 10). Les perdus seront donc bien conscients dans leur tourment éternel.

À SUIVRE... 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article